Contexte - Arc II : Le Sang Bafoué

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contexte - Arc II : Le Sang Bafoué

Message par Hadithia Na le Lun 8 Juil 2013 - 18:33




♦ ♦ ♦ Histoire de Lion King Past ♦ ♦ ♦





Génération : Arc II : Le Sang Bafoué
Lignées des Rois : Mufasa à Makao / Leo à Kuoko




♦ ♦ ♦ Genèse d'une nouvelle génération ♦ ♦ ♦
Chapitre VII



♦ Fin du Règne de Mufasa & Régence de Safiya
♦ Fin du Règne de Leo & Début du Règne de Kalay
♦ Fin du Règne de Scar & Absence de Roi
♦ Fin du Règne de Stuka & Absence de Roi


*Une légère brise emplit la grotte, et un silence plat prend place après votre arrivée. Personne, le conteur n’est pas la et alors que vous vous apprêtiez à partir, quelque chose tapote gentiment votre épaule, vous forçant à baisser les yeux*

Hey salut toi ! Alors quoi de neuf depuis tout ce temps ? … Quoi comment ça tu ne me reconnais pas ? Et normal mon pote, je suis le fils du conteur, il était temps pour lui de partir et pour moi de prendre la relève ! Alors pose ton gros popotin et écoute, car je présume que tu n’es pas venu prendre le thé !

La pluie inonde la terre des lions, c’est la saison des pluies tant attendu chez les lions qui espèrent revoir la terre fertile et luxuriante qu’était Prideland autrefois. Car oui, le royaume se nomme toujours Curseland, malgré les efforts de ses résidents pour le rebâtir. Résidents qui sont pour la majeure partie au baobab, à s’occuper de leurs progénitures en toute quiétude avec les Masimba. Cette coalition se passe plutôt bien, aucune bagarre n’a éclaté et Hopeland n’a pas montré son mécontentement face à cette alliance. Alliance qui finira bien un jour ou l’autre par disparaitre, car qui sera le prochain chef du clan Masimba ? Beaucoup se posent la question, Scar n’ayant désigné personne, certains pensent se rabattre sur la lignée de sang mais seul les enfants de Eyldon et d’Usoa sont encore en vie et de la famille royale. Pour les Curselanders, les trois enfants jouent encore innocemment, ne se doutant un seul instant de l’énorme fardeau qui pèse sur leurs épaules. Car qui sera le prochain sur le trône ? Sarafina a rejoint les monarques du passé parmi les étoiles et Mufasa sera certainement le prochain, n’ayant désigné pour le moment personne.

Vient ce moment fatidique, cette fin de soirée ou qu’une seule ombre rentre chez elle, déboussolée et fatiguée, trapu par ce qui est survenu au désert. C’est dans un ultime souffle qu’il conta le triste incident de la réunion. Car oui, seul Mufasa en est revenu vivant et par ses dernières forces, a parcouru quelques kilomètres pour se rapprocher le plus possible du baobab afin d’être retrouvé. La réunion prévue fut un drame, un échec, une tâche noir indélébile qui ne s’enlèvera sans doute jamais. Racontent peu de détails, le monarque de Prideland apprend juste que les négociations de paix ont échoué et que la discussion a fini par les pattes, ou Scar et Léo se sont entre-tués. Comment réagira Hopeland ? Mais surtout comment réagir face à la perte des rois ? Car Mufasa rendit l’âme dans la nuit, loin de ses enfants et proches qui se trouvaient encore au rocher. Ils ne purent que leurs rendre hommage au petit matin après que la nouvelle se soit répandue. C’est aussi un drame pour tous les Masimba, Scar n’ayant désigné aucun chef, a qui incombera à présent cette tâche ? C’est ainsi qu’apparut Ienzo, un lion peu connu qui déclara vouloir devenir le chef. Mais c’est sans compter sur les représailles de Hatima qui ne veut qu’un tel lion prenne le pouvoir. Débat enflammé qui n’amène à rien, aucun chef n’est désigné et il semblerait que deux groupes se soient formés chez les Masimba. Suite aux événements, la plupart des Curselanders ont décidé de retourner vivre au rocher, sous les ordres de Safiya qui est devenu la régente de Curseland en attendant qu’un héritier soit apte à être désigné. C’est durant cette période que la dernière de la triplée de Safura mourut, Sobana.

Du coté d’Hopeland, c’est un choc, les jours passent sans que le roi ne reviennent et bien vite les suppositions font place aux pires situations, ainsi que les rumeurs. Ils en arrivent bien vite à la conclusion que le roi a du subir une attaque en traître dans le désert et qu’il a périt. La seule explication plausible au vu du silence des Masimba et Curselander. C’est dans ces conditions donc que Kalay du montait sur le trône, ayant été désigné avant le départ de Léo bien qu’aucun témoin n’affirme ses dires. Ce qui amène bien vite à une dissension dans le clan. Des rumeurs disaient que ce serait à Zahra de monter sur le trône, plus sage et mûre par rapport à son frère tandis que d’autres confirmaient le bon choix de feu Léo.

Chez les hyènes, tout se passe bien, aucun problème en vue, les nouveaux nés s’épanouissent sous le regard bienveillant des adultes, tandis que les adolescents flirtent. Le seul événement troublant fut la mort du chef, mort d’une fin paisible, de vieillesse peu de temps après son dernier réveil. L’honorable Stuka est parti rejoindre ses amis au ciel, Kiel, ses parents dont son frère Zéké. Cela amena à une reprise de vie ancienne, celle de clan disparate sans aucun chef pour tous, bien que certains adolescents tentent de faire parler d’eux en essayant en vain de réunifier les hyènes.

La nouvelle génération a donc fait place à l’ancienne, et le cycle de la vie continue son rôle. Les fantômes du passé ont maintenant totalement disparue, et tous espèrent voir une paix arriver. Prendrez-vous une part active pour changer les choses ? Ou bien resterez-vous simple spectateur pour observer ?

Hadithia Na
Griotte
Griotte

Date d'inscription : 07/01/2013
Nombre de messages : 479
Localisation : ~Omniprésente~

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte - Arc II : Le Sang Bafoué

Message par Hadithia Na le Lun 8 Juil 2013 - 18:33



♦ ♦ ♦ Vent de la Discorde ♦ ♦ ♦
Chapitre VIII




♦ Début du Règne d'Haru
♦ Putsch d'Onura
♦ Début du Règne de Nommos & Koorie
♦ Absence de Chef


*une légère musique vint se nicher au creux de vos oreilles au fur et à mesure de votre approche à la grotte, une musique lente et triste. Une fois sur le seuil, la musique cesse et plus aucun bruit, le calme plat. Vous entrapercevez brièvement une ombre fugace au fond de la grotte et quelques secondes après, le fils du conteur apparait et s’approche de vous*

Ah vous revoilà, vous en avez mis du temps ! Pour une fois que j’avais préparé le thé, le voila froid maintenant … Mais trêve de bavardage, place à la leçon d’histoire …

Paix et quiétude, un vœu sans doute accompli pour les Curselander, peuple ayant tant de fois connu la misère. Aucun événement notable pour ce fier clan qui se redresse peu à peu, se dépareillant de son manteau de cendre pour retrouver, lentement mais surement, l'ancien éclat qui lui est dû. Unique trouble de cette nouvelle sérénité au sein du clan, la grossesse de Kana, décidée à taire le nom de son compagnon, Amani, un Hopelander. A la naissance, la vérité finie par éclater au grand jour et certains ne voient pas d'un très bon oeil cette relation. Amour ou manipulation, beaucoup restent crédules et méfiants quand aux motivations de ce Hopelander. C’est donc à la régente de Curseland, Safiya de vérifier qu’aucune menace n’est à craindre. Épaulé par son compagnon, dont ils se sont enfin avoué leurs sentiments réciproques, Rahisi et Safiya s'assurèrent que tout irait bien. Un soulagement de plus, et un poids en moins sur les frêles épaules de Safiya. Mais pour combien de temps encore ? Le temps passe, et l’heure d’annoncer le nom du futur souverain approchent. Car pour renaître de ses cendres, le clan doit être guidé par un nouveau roi, le successeur de Mufasa. C'est à l'aube que la régente alla réveiller les deux princes, Swahl, l'ainée, le plus robuste, et Haru, handicapé physiquement par une constitution fragile. Voulant éviter une nouvelle haine fraternelle entre les deux princes, tel qu'elle pu observer entre Taka et Mufasa, ses grands frères, Safiya compta sur l'éducation qu'elle leur offrit et pris soin d'écouter ce que chacun avait à dire. Si les esprits s'échauffèrent entre les deux princes, la fraternité sembla l'emporter. Le moment fatidique arriva et un nom fut mis sur le tapis …. Haru sera dorénavant le nouveau roi de Curseland ! Peut-être sera-t-il porteur d'une nouvelle ère prestigieuse. Mais ça, seul l'avenir nous l'avouera. Béni par la lumière, tel un signe des anciens monarques, le nouveau roi se tient fièrement sur le rocher, rugissant pour annoncer la nouvelle, non loin derrière lui se trouve son grand frère et sa grande sœur, surement prêt à l’épauler qui sait ?

A Hopeland, les jours passent et ce clan qui avait connu un essor fulgurant durant le règne de Léo semble maintenant prendre le même chemin que le clan de Prideland. Kalay a pris le trône mais Zarha, sa soeur, ne l'entend pas de cet oreille. La tension entre les deux devient palpable voir dangereuse. Fort heureusement, Amani, le sage d’Hopeland, propose de convoquer tous les hopelanders afin de mener un débat pour choisir le nouveau souverain. Car c’est bien connu, un roi sans peuple n’est pas un roi. Le grand jour arrive donc, tout le monde est convié aux festivités. Certains arrivent en retard, mais personne ne semble remarquer ce détail mineur … Le sage d’Hopeland officialise le débat alors que Kalay et Zarha se font face. Avec force, les héritiers entament une joute verbale qui rapidement devient un règlement de compte entre le frère et la soeur. Ils vident tous ce qui ont sur le cœur, et l’une naïve, croit en la possibilité de pouvoir faire la paix avec son frère et de diriger ensemble le clan. Mais la vraie personnalité de Kalay est mis à jour, et cela grâce à un coup d’état spectaculaire et magistral, orchestré par Onura, fille illégitime d’Ovu, lionne bâtarde. Personne n’avait rien vu venir. Rapidement, les hopelanders furent encerclés par un commando de lions entrainés, et parmi eux figuraient Ukufa et Usiku, le frère et l'amant de la fille d'Ovu. Revendiquant le trône d’Hopeland, de par le sang royal que son père, lui avait légué, Onura se lance à son tour dans un échange endiablé avec ses concurrents. Rapidement, Kalay est mis hors course par la férocité des arguments des deux prétendantes au trône. La clan divisé entre les deux rivales se rangent peu à peu de chaque côté. La nuit tombe et face à ce dilemme qui saisit le clan, seul une bataille sanglante semble pouvoir décider de la finalité de cette rencontre. Or ceux-ci n'est pas envisageable. Onura propose donc un duel à la princesse, pour limiter le nombre de mort mais surtout pour prendre l’avantage ! Chasseuse et guerrière d'expérience, elle surpasserait aisément Zarha, princesse à fleur de l'âge et inexpérimentée au combat. Héritant de la sagesse de sa mère, Zarha opta pour l’abandon du trône, partant des terres d’hopeland mais formulant vengeance à la nouvelle reine, Onura. Depuis ce jour, plus personne ne revit Zarha ainsi que les partisans qui l'avaient suivis. Onura en nouvelle reine, imposa des changements, instaurant une nouvelle hiérarchie avec un régent, Usiku Wafu, ainsi que des lieutenants pour la seconder. Les déserteurs sont traqués, et ensuite soit ramenés, soit tués. Plus personne n’a l’autorisation de sortir des limites du territoire, des sentinelles veillent au grain et tous semble se contenter de ce nouveau régime. Le prince déchu, Kalay, qui est resté, à la grande surprise de tous, soumis à l’autorité d'Onura, disparut un beau jour. Des rumeurs courent comme quoi il serait parti à l’aube en compagnie d’un ange noir mais rien de plus pour parfaire les preuves.

Chez les Masimbas, comme chaque aube, Ienzo et Hatima réveille le clan de leur violente dispute concernant la succession de Scar, l'ancien chef. Comme pour Prideland, autrefois, le clan se divise en deux fratries, campées sur leur position. Mais c’est dans le malheur et l’adversité qu’on oublie ses différents. L’eau commence à lentement s’amenuiser dans la forêt tropicale, seul ressource du clan Masimba. Inquiet, une expédition est montée afin de tenter de résoudre ce mystérieux problème. Même les panthères envoient un petit escadron afin d’épauler les lions. Arrivé sur place, chacun énonce ses hypothèses, n’ayant pas remarqué le silence inhabituel de ces lieux. Akiam, jeune Masimba recueilli par Ororo, part avec les panthères, enquêter de son coté pour découvrir la cause de la sécheresse, tandis que les lions se disputent une fois de plus. Ils se divisent donc. Koorie part, Kusha ainsi que Hatima et des partisans, afin de trouver une autre source d’eau. Ienzo, ses partisans et la famille de Tiko, dont Akiam et les panthères décident de suivre le courant de la rivière pour aller à la source du problème. A la lisière du désert, Koorie propose de se diviser en trois groupes pour trouver de nouveau point d’eau. Mais sans résultat pour la princesse Masimba et Hatima, seul Kusha put trouver, dans le désert, une grotte souterraine abritant une petite rivière apte à abreuver pour un temps le clan. Pour le groupe de Ienzo et compagnie, ils parvinrent à trouver un petit singe qui leur explique que l’assèchement de l’eau est du aux habitants de la forêt afin de faire partir les lions. Le groupe décide donc d’aller discuter avec les habitants afin de trouver un accord commun. Les pas leurs mènent à la montagne, lieu jusque la jamais exploré et c’est la bas qu’ils rencontrent le chef de la rébellion, un éléphant solitaire. Tiko tente de raisonner l’éléphant en expliquant qu’il est vain de faire partir les Masimbas, car ce n’est pas cela qui empêchera les autres clans de lions ou d’hyènes à venir conquérir ces terres. Ne l’entendant pas de cette oreille, l’éléphant frappe Tiko d’un grand coup de trompe, qui fait partir le patriarche sur un rocher. Avec l’âge, le coup fut létal et c’est ainsi que le lion a la crinière rousse rendit l’âme. Son sacrifice ne fut pas vain, la conséquence des actes et la culpabilité refroidirent les ardeurs du chef et ce dernier se força à écouter les arguments des Masimbas. Un accord a été trouvé grâce à Ienzo et Akiam, les habitants de la forêt remettent l’eau et Masimba s’assurent qu’aucune guerre ne viendra empiéter le territoire neutre, en allant faire des traités avec leurs voisins. Le soir venu, chaque groupe était revenu au baobab pour conter les faits, et la famille de Tiko se mirent à l’écart pour faire le deuil … C’est d’ailleurs en cette soirée qu’un débat eut lieu pour les Masimba afin de nommer le nouveau chef. Et a la grande surprise de tous, Ienzo laissa sa place, et vota même pour Nommos et Koorie. La décision était prit à l’unanimité, deux chefs virent le jour pour succéder à Scar. Sauront-ils apte à diriger convenablement ce clan, surtout face aux problèmes qui se profilent à l’horizon ?

Du coté des Shadowlander, aucun trouble notable à signaler, chaque clan de hyènes vit dans son coin, et bien qu’il y est quelque escarmouche, tout se passe plutôt bien. Le manque d’organisation et de chef ne trouble pas l’harmonie, bien que certaines femelles, comme Daïfa, tente de raisonner les autres pour retrouver la puissante nation qu’était les Shadowlander lorsque toutes les hyènes étaient sous une même bannière. Mais rien n’y fait et les jours passent et s’assemblent comme toutes les autres. Jusqu’au jour ou, un petit troupeau d’éléphant solitaire, exclu à cause de l’incendie de Prideland, décide de reprendre le territoire ancestral des éléphants, le cimetière.
Quatre éléphant arrivent donc en territoire hostile, barrissant à leurs arrivés pour signaler leurs présences. Les hyènes approchent donc, intrigué par ce fait, et lorsque la matriarche de ce petit troupeau annonce qu’ils sont venus reprendre ces terres, ils n’ont pour réponse que le rire sarcastique des canidés. Kiaju, chef d’un clan d’hyène, tente de parlementer avec la matriarche, tandis que Daïfa organise ses troupes à l’arrière en prévision. Mais un jeune mâle vint mettre son grain de sel, Akagi, le jeune caïd. Cela vire rapidement dans le chaos, Kiaju et le dandy invétéré se prennent le museau, ignorant complètement les éléphants, et ceux-ci prennent mal l’offense. La goutte d’eau qui fit déborder le vase se personnifie sous la hyène du nom de Crack, ne comprenant pas totalement la situation et l’envenimant encore plus avec ses propos. C’est le donc le plus jeune éléphant de la troupe, qui exaspéré, donne le premier coup de la bataille sanglante en visant Crack. Les hyènes démarrent au quart de tour, et essayent de s’organiser pour défaire les intrus sur leurs territoires. Petit à petit, les hyènes parvinrent à isoler le petit groupe pour affronter séparément les éléphants, afin de diminuer le nombre de blessé et de mort qui ne fait que croitre de leurs cotés. Jusqu’au coup de maître de la part de certains, qui permirent d’isoler la matriarche et Wavivu se donna le plaisir de donner le coup de grâce, affirmant ainsi la supériorité des mâles .Les autres éléphants rentrent dans une rage a la vue de ce spectacle et le combat redouble d’intensité. Le jeune éléphant finit par succomber à cause de sa cécité causé par Crack, et les deux adultes restant décident de prendre la fuite. C’était sans compter sur un coup fourbe des hyènes qui firent tomber des ossements pour entraver les déplacements des deux fuyards. L’un deux se prit les pattes et tomba, recevant quelques coups mais il parvint à fuir avec le deuxième adulte. Sauf qu’il mourut plus loin vers la frontière, suite à ses blessures. Un grand jour ou non pour les hyènes, Kiaju a rendu l’âme, devant les yeux de ses enfants, Daïfa est blessée, ainsi que Wavivu et bien que les intrus furent chassés, et qu’un important apport de nourriture soit là pour nourrir les jeunes, il fallait avant tout déplorer les pertes …

.. Voila, c’est tout pour aujourd’hui, j’espère que vous tirerez leçon de ses connaissances, que les étoiles guident vos pas ...

*Vous repartez, méditant sur ce que vous venez d’apprendre, et une légère musique commence suite à votre départ, tandis qu’un poème résonne en ce lieu, et dans votre cœur*

Le temps s'ébroue et s'étend éreinté
Sur les terres d'un antan offert aux cieux.
Sa crinière de sable sur ses paupières,
Brûle ses prunelles et vole à ses yeux
Toute la sombre lumière,
Ces larmes qui auraient dû y naître.
Et l'espace où la vie doit disparaître.

Sur la courbe avisée d'un souvenir
Le souffle d'une hyène court et s'éteint
Sur une dune couchée par ses soupirs.
Le secret du désert se fissure, enfreint.

S'ils ne peuvent laisser couler
Les sources de leurs chagrins,
Lions et hyènes aux agiles pensées
Savent sans détour s'en retourner.
L'amour, la guerre, l'art de se laisser choir
Sont d'un silence faux, d'un oubli feint.

Et muet d'apparence,
N'en demeure pas moins...
L'antan, père des différences
Et des leçons du quotidien.

Le temps s'ébroue et s'étend éreinté
Sur les terres d'un antan offert aux cieux.
Sa crinière de sable sur ses paupières,
Brûle ses prunelles et vole à ses yeux
Toute la sombre lumière,
Ces larmes qui auraient dû y naître.
Et l'espace où la vie doit apparaître ~
© poème Calli Kayan

Hadithia Na
Griotte
Griotte

Date d'inscription : 07/01/2013
Nombre de messages : 479
Localisation : ~Omniprésente~

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte - Arc II : Le Sang Bafoué

Message par Hadithia Na le Lun 8 Juil 2013 - 18:34



♦ ♦ ♦ Une Terre de Paix ♦ ♦ ♦
Chapitre IX




♦ Règne d'Haru
♦ Fin du Règne d'Onura, Début de Régence d'Usiku Wafu
♦ Règne de Nommos et Koorie
♦ Absence de Chef
♦ Règne de Kali

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

♦ Fin Règne d'Haru & Début de Régence de Swahl
♦ Reprise du pouvoir de Zahra & Début du Règne de Moyo
♦ Début du Règne de Mwezi et Sîta
♦ Début du Règne d'Asaï
♦ Règne de Kali


Vous avez complètement accroché à l’histoire pas vrai ? Alors installez-vous, elle est loin d’être finie et il est temps de la continuer.

Le temps a passé et il semble qu’il se soit accéléré considérablement. Car il semble qu’un énorme vide, menaçant, se soit installé sur toute la terre des lions… Il semble s’être passé tant de chose et pourtant il semble vide. Pourtant la vie est bien présente chez les Curselanders et pour le plus grand bonheur des adultes, le royaume reprend enfin sa beauté d’autrefois, le Cycle de la Vie semble reprendre son cours, malgré ce qui semble être la guerre froide et le crainte d’une attaque d’Hopeland. Les anciens meurent et de nouveaux museaux pointent le bout de leur moustache entre autre Rwani qui met au monde deux petites femelles dont la couleur de pelage en étonne plus d’un : brune et noire ! Hélas, ce sont surtout les morts qui rappellent aux vivants la valeur de la vie… Car Safiya s’éteint, la petite Princesse de Prideland rejoint les étoiles après une vie mouvementée, le royaume se porte bien, Haru est un bon Roi, mais c’est le coup dur et tout Curseland est en deuil… Entre temps, Kinaï devenu Vagabond vient demander son aide à son ami d’enfance, qui n’est autre que le Roi, Haru. Les Exilés se cachent mais travaillent à une rébellion visant à récupérer la couronne de Zahra… Haru accepte alors d’aider son ami à retrouver la Princesse exilée, malgré le danger menaçant des troupes d’Hopeland… Mais ce pacte est plus qu’un simple geste d’entraide, c’est aussi l’espoir de la paix, l’espoir de terminer enfin cette guerre remontant aux générations éteintes depuis si longtemps…

Sur Hopeland, la vie n’est guère plaisante. La loi martiale à été imposée, personne ne rentre, personne ne sort. Les lions inconnus sont attaqués à vu et il n’est pas rare de croiser leur cadavre sur le territoire. Onura et ses immondes troupes mènent le pays d’une patte de fer dans une fourrure de fer, désormais même les lionceaux en voie vers l’adolescence sont entrainés à tuer et les rumeurs veillent… Kalay à disparut et personne ne sait ce qui s’est passé. Amani, dès la prise de pouvoir d’Onura à été assassiné et dans les gorges c’est un drôle de manège qui eut lieu. Onura, Usiku Wafu et Mjwa poursuivirent le lion jusqu’à le pousser de la falaise, la nouvelle Reine Noire laissant le sale travail à Mjwa. Mais si seulement elle avait su… car bien que Mjwa se réjouisse du sang futur qui allait couler par une guerre imminente, sa loyauté restait à Zahra et elle trompa avec habileté Onura. Se chargeant de tuer Amani afin de garder sa couverture de traitresse, car Amani et elle, avaient monté tout un plan pour renverser Onura et ramener la véritable héritière, le lion lui fit des révélations terribles. Amani mourut, et ses enfants purent voir Mjwa achever leur père, couverte de son sang. Mais les révélations d’Amani quant à ses véritables origines rendirent Mjwa définitivement instable et plus dangereuse que jamais. Le temps passe, voilant même la naissance des enfants d’Onura, au point que même les Hopelanders semblent ignorer leur existence… mais dans l’ombre, entre deux missions, Mjwa prépare la rébellion, sélectionnant ses nouveaux alliés, bien qu’elle ignore où se trouve la reine légitime et malgré la mission confiée par Onura consistant à tuer Kinaï et Yoru, qui se révèlera être un échec. Mais le Cycle de la Vie n’épargne personne et Onura est à son tour emportée par la mort, malheureusement pour Hopeland, Usiku Wafu se nomme lui-même régent des terres, en attendant que l’un de ses enfants ne soient en âge pour prendre la relève…

Pour les Masimba, la vie est toujours paisible, à peu près. Nommos et Koorie sont des Souverains exemplaires. Malheureusement, Kusha se révèle être un immonde traître ! Il entraîne son Oncle Nommos dans un traquenard : un piège tendu par Onura afin qu’il puisse rejoindre le clan de sa mère Zira ! Précipitant le Roi dans un étau, entre les hyènes et Onura, ce dernier réussira pourtant à s’en sortir sans une égratignure, le lionceau est devenu un véritable lion et ce, depuis un moment… C’est ainsi que Kusha retourna sa veste, trahissant les siens pour aller sur Hopeland, mais malgré son infime lien de parenté avec Onura, il n’aura jamais la confiance de cette dernière et ne profitera de rien. Heureusement des temps plus joyeux s’annoncent, car sa compagne Masika met au monde deux magnifiques femelles. Les deux héritières, l’une rousse nommée Mewzi et l’autre brune nommée Uzuri enchantent tous les Masimba qui voient enfin la nouvelle génération arriver, pleine de promesses. Et bientôt, c’est la Reine Koorie, ayant choisit son prétendant en la personne d’Akiam, le fils adoptif d’Ororo, qui met-bas d’une femelle et d’un mâle. La petite femelle sera nommée Sîta et possède une robe magnifique, un blanc doré, un beau palomino et son frère un roux un peu sombre. Et il semblerait que chacun des héritiers ne possède la marque de fabrication de leur grand-mère : le dessus des oreilles noirs, ou un peu plus foncé pour Sîta et sa robe si particulière ! Mais tout n’est pas que bonheur, car si les Masimba ne se sentent pas directement menacés par la guerre, le manque d’eau se fait encore sentir. Certes les éclaireurs ont trouvé une Oasis non loin dans le désert pour les soulager de ce manque, mais à cause de cela c’est une visite surprise qui les attend ! Car c’est Zahra en personne, la princesse déchue, exilée et introuvable depuis des mois qui refait surface ! On apprend alors qu’elle fait désormais partit d’une troupe de lion vivant dans le désert et elle vient en diplomate leur demander d’abandonner l’Oasis car les Masimba menacent la vie des lions du désert, que personne n’a jamais vu. Mais Koorie et Nommos refusent de laisser leur peuple mourir de soif et laissent repartir Zahra. Les pourparlers ne se sont pas vraiment bien passer et l’on peut attendre des suites…

A Shadowland, rien ne vient perturber la quiétude et la paix si difficilement acquise, les chiots d’hier sont devenus les hyènes d’aujourd’hui et si certains se lancent sur les traces de leur ancêtre, d’autre ne suivent que leur propre chemin ; Asaï, la fille de Kiaju, succède à sa mère et devient cheftaine de son clan, tandis que son frère coure sur les traces de son père et retrouve un ami de longue date en la personne de Sabini. Malgré les efforts de Daïfa, une femelle agressive, les hyènes n’ont toujours pas de véritable chef… De même, pour les Exilés bien que la vie ne soit pas facile, ils sont pour l’instant à l’abri, car Haru accepte d’héberger Kinaï et Yoru, tandis que Zahra se forme auprès des lions du désert. Mais une nouvelle vient éclairer la vie de ces lions sans terre et sans Roi : Zahra dévoile un jour à Kinaï sa paternité et lui présente trois beaux enfants, Moyo, plus brune encore que sa mère, sa sœur Malkia d’un beau beige et présentant trois petites marques héritées d’une de ses ancêtres et le petit dernier, Upepo, seul mâle de la portée ayant hérité de la robe de son grand-père Leo…


Mais l’histoire n’est pas terminée ! Rasseyez-vous et écoutez !


La guerre froide était de mise sur la terre des lions jusqu’à ce que Zahra qui avait considérablement mûrit ne décide de déclencher les hostilités en vue de récupérer son royaume. Pour cela, elle alla trouver Mjwa, ou plutôt, les deux lionnes se tombèrent dessus par hasard, méfiante de la tueuse blanche, elle put néanmoins constater que cette diablesse était de son côté et que les lions rebelles étaient tous prêts à suivre ses ordres, Hila, Usiku et les leurs ignoraient absolument tout… La guerre éclata, au beau milieu de la nuit Mjwa avait positionné ses soldats de manière à laisser une porte grande ouverte pour les Exilés, de cette manière l’alerte fut donnée très tard, alors qu’ils atteignirent le Rocher de l’Espoir. De leur côté, dans un timing parfait, Haru emmena ses troupes sur Hopeland pour leur prêter patte-forte, même si malheureusement ils durent traverser la prairie et déranger les hyènes… hyènes, qui excédées de voir des lions agirent chez elle comme s’ils étaient chez eux –et commençant à s’effrayer de voir une telle armée de lion- attaquèrent les Masimba, prenant ces derniers pour des Vagabonds et des envahisseurs. La guerre éclata sur toute la terre des lions. Sur Hopeland, Zahra gagna du terrain tant et si bien que de nombreux lions qui n’avaient pas osés se rebeller face à Onura la rejoignirent finalement, lui octroyant un pouvoir encore plus grand. Mjwa parvint à tuer Hila et Kaizari mourut de la patte de Kinaï, qui malheureusement mourut à son tour de ses blessures… Du côté des Curselanders, qui ne devaient qu’occuper le plus gros des troupes, la mission était un succès, jusqu’au moment malheureux de la mort d’Hila : Hasira entra dans une rage folle et tua un grand nombre de lion, dont le Roi Haru… Malade de son cœur, alors qu’il parvint à trancher la jugulaire de la lionne, il mourut foudroyé par une attaque cardiaque. Malgré tout, Zahra remporta la victoire et regagna sa couronne, mais le prix à payer fut lourd pour Curseland… Du côté des hyènes, c’était la folie, les Masimba se défendant comme ils le pouvaient, mais les hyènes étaient trop nombreuses et si les adolescents parvinrent à repousser les charognards, les adultes durent battre en retraite… Et loin de toutes ses batailles, les lions du désert, eux, observaient…

Chacun rentra chez soi panser ses blessures, retrouvant famille, femelle et enfant. Alors que la guerre avait cessé, on apprit la mort d’Akiam, le Prince Blanc, de Nommos et de Koorie, les Souverains Jumeaux. C’est dans la douleur que Mewzi et Sîta héritèrent de la couronne de leur parent respectif, sous l’œil bienveillant de leur nouvelle conseillère, Masika. Hopeland couronna Zahra, celle-ci remettant en ordre les affaires du royaume et concrétisa enfin le rêve de nombreux lions, une paix entre Hopeland et Curseland et même si elle mourut peu de temps après, sa fille Moyo fit respecter la nouvelle politique en vigueur, sous les conseils avisée d’une amie de leur mère, une lionne du désert, ainsi que la nomination d’un nouveau Lieutenant pour leurs troupes : Kamal. Curseland… Curseland pleura son Roi, et Swahl prit la suite de son frère, respectant ses vœux : il régnerait jusqu’à ce que l’un des héritiers, son fils et sa nièce, ne soient en âge de gouverner et celui qui hériterait à son tour de la couronne serait le plus méritant… Et pour cela, Swahl pourrait compter sur Rangi, un jeune mâle du clan. Pour les hyènes ce fut une seconde victoire : enfin leur territoire allait être respecté ! De plus, elles avaient presque conquis une nouvelle terre et peuvent désormais se balader dans la savane boisée autant qu’elle le veulent ! Mais le plus important, c’est d’avoir enfin trouvé un chef unique pour toues les hyènes, en la personne d’Asaï !

Et qu’en est-il des Exilés et des Vagabonds ? Les exilés ne sont plus, ou du moins pas officiellement. N’avons-nous pas dit qu’Onura avait eu une descendance ? Si bien sûr ! Usiku Wafu était resté introuvable durant toute la bataille, il avait fuit, certainement, lâchement. Mais peu importe, il était condamné par son âge. Refuka et Juhani, à l’image de leurs parents, avaient préféré fuir plutôt que de perdre le combat. Ou étaient-ils allés ? Chez les Vagabonds bien sûr… Car le chef de ces derniers prit très mal le fait que Zahra n’entraîne une lionne de son clan pour son compte, car il avait bien dit en l’accueillant qu’il était hors de question que son clan ne soit mêlé à ses problèmes à elle et son clan ! De plus, les Masimba n’ont certainement pas cessé d’aller et venir à leur guise malgré ses avertissements… Il serait peut-être temps de leur mettre les points sur les « i »…

Mais en attendant, c’est une paix basée sur un pacte d’amitié qui réunit pour une fois tous les royaumes de la terre des lions, les frontières d’Hopeland ne sont plus à craindre, Prideland retrouve son nom en même temps qu’elle trouve la paix et même si l’on se montre encore un peu prudent, on ne se sent plus menacé par les troupes des autres royaumes… La paix mes amis, la paix est déclarée...

Hadithia Na
Griotte
Griotte

Date d'inscription : 07/01/2013
Nombre de messages : 479
Localisation : ~Omniprésente~

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte - Arc II : Le Sang Bafoué

Message par Hadithia Na le Lun 8 Juil 2013 - 18:34



♦ ♦ ♦ Un long fleuve tranquille ? ♦ ♦ ♦
Chapitre X




♦ Fin de la Régence de Swahl et début du Règne de Makao
♦ Règne de Moyo
♦ Règne de Mwezi et Sîta
♦ Fin du Règne d'Asaï et début de la Régence du Conseil des Hyènes
♦ Règne de Kali


Hé bien ! Vous vous accrochez à l’histoire ! Je vois aussi que certains anciens reviennent ça fait plaisir et il y a des nouveaux aussi... Bon alors dans ce cas, on continue…

La paix règne à Prideland depuis la bataille d’Hopeland, malgré le lourd tribut payé par les lions et la vie reprendra son cour. C’est ainsi que l’on fêtera la naissance des nouvelles portées, bien que le malheur ne s’abatte sur l’une d’entre elle, celle de la jeune Lefine, un peu trop jeune pour être mère, qui perdra sa petite fille dès la naissance, après une gestation longue et douloureuse. Tout cela est bien triste, mais il faut pourtant continuer de vivre… Swahl veille sur Prideland avec une justesse et une droiture raisonnable et décidera d’accueillir Mirri, une jeune Masimba et compagne de son Conseiller Rangi parmi eux. Mais durant l’audience qu’il lui accorde, il semble que le Régent ait des idées derrière la tête et peut-être même, des projets pour les Masimba ? Mais l’on n’en saura guère plus et l’on se contera d’accueillir à pattes ouvertes, la portée qui naîtra bientôt de Mirri. La vie est belle à Prideland, mais Swahl se sent vieillir et approcher le jour du choix de l’héritier, conformément aux dernières volontés de son défunt frère et Roi et de fait, sait également qu’il ne concrétisera jamais ses projets. Bahati, sa femelle, le sait également et une fois de plus, une dispute éclatera entre elle et sa belle-sœur : pourquoi Swahl choisirait plus sa nièce Makao que son fils Sedjem, élevé pour être Roi ? Dans leur dispute, les deux lionnes rassembleront malgré elles le clan et fourbe, Bahati piégera sa belle-sœur dans un ultimatum posé au peuple : à lui de choisir. Mais elle sait bien qu’on n’osera pas la défier… Finalement, Swahl mettra un terme aux manigances de sa femelle et déclarera à tous son choix : Makao.

Les jours qui suivirent ne furent pas simple, le vieux Régent devant s’occuper de la Reine et devant faire face à Bahati, autant qu’à Sedjem avec qui le dialogue semble rompu. Le lion mourra quelques jours plus tard, après sa sœur. Mais Makao ne sera pas seule, secondée par Rangi et Farasi, protégée par son père Rahan, que Bahati redoute. Mais être Reine ne sera pas évident et sa première action sera d’accepter un nouveau lion, Kimya, compagnon de Lefine et père de ses enfants, ce qui ne sera pas sans difficultés, car le lion est muet… Mais là ne sera pas le plus dur, car après avoir surmonté a mort des plus anciens et l’heureuse naissance de deux petites boules de poils supplémentaires, Makao devra faire face à la colère des zèbres, porte-parole des herbivores de Prideland : les gnous sont trop nombreux et Makao doit faire quelque chose. Mais les gnous, malgré la bonne volonté et les efforts de Makao et Merisha, refuseront de céder, ils ne partiront pas et ne se diviseront pas. L’impatience des jeunes lions éclatera et ils se battront contre les gnous jusqu’à ce que la mort tragique d’un bébé gnou ne décide enfin la grande majorité des mère à consentir à quitter Prideland un temps. Mais à partir de là il ne restera alors que les plus dangereux et récalcitrants… Les autres troupeaux partiront, laissant les Pridelanders seuls avec les gnous et devront se montrer plus agressifs et combatifs pour espérer ramener de quoi nourrir le clan. En attendant l'absence de Rangi a été un manque cruel et on parle déjà de le remplacer. Les lions lui en veulent-ils a ce point?

Les épreuves pourtant, ne s’arrêtent pas là, car quelques jours plus tard, Kuja, choqué, rapportera à sa mère la mort de Kimya et Sahel, survenue dans un éboulement de montagne, là où très peu de lions osent se rendre… Et Nawako, l’un des guerriers du clan, découvrira par la même occasion le terrible forfait de Lefine : un lionceau Hopelander volé. Encore une fois totalement détruite, Lefine pourra toutefois compter sur le lion pour la soutenir et prendre les bonnes décisions, ne pas la quitter d’un coussinet et rendre la petite à son clan. Mais les Hopelanders seront-ils conciliants et lui pardonneront-ils ? En attendant, de nouveaux lions font leur apparition un peu partout, des sans-clan, disent-ils, quel accueil auront-ils des peuples soudés?


Sur Hopeland les choses ont bien changées. La paix avec Prideland est distincte et les temps sont plus calmes. Ce peuple auparavant opprimé sous la dictature d’Onura est à présent libre et gouvernée par la fille de Zahra, Moyo. Celle ci ayant vécue une histoire d’amour malheureuse avec un Masimba du nom de Sérim, néglige cependant la gouverne de son royaume. Avant ça elle avait adoptée une lionne du nom de Kuoko, fille de Mjwa, ignorant tout des origines de l’enfant. Cependant la lionne beige à présent adolescente l’ignore et peu sont ceux qui sont au courant ; La prétendante au trône se voit donc légitime de son point de vue. Son idylle déchue l’a également affublé de deux héritiers, Kivuli et Kisasi. Mais ces derniers seront déshérités et livrés à une autre lionne, la Reine ne désirant pas avoir face à elle le portrait craché de leur père. Ces deux là semblent désireux de prendre la place de leur mère, alors que Kuoko se prépare à prendre un fardeau qu’elle croit être le sien. Le lieutenant Kamal s’est également éloigné de ces terres, s’étant disputé avec la Reine il s’est senti désireux de s’en aller quelques temps et à trouver sur la route un lionceau du nom d’Okawan qu’il a donc adopté.

La sœur de Moyo, Malkia, reste distante vis à vis de cette histoire mais semble la mieux placée pour devenir Reine si jamais malheur devait arriver à sa propre sœur ; chose qui s’annonce probable étant donné le fait que cette dernière passe son temps à s’entrainer ayant pour seul but la mort de Sérim. Quant à Upepo, le troisième enfant de la fratrie, il s’est éprit de la leader Masimba Mwezi et s’en est allé vivre avec eux. Les relations entre ces deux royaumes sont également calmes, cela dit tous ignore le sort des Masimba et leur situation actuelle. Certains en croisent venir s’abreuver de temps à temps au bord du lac d’Hopeland mais sans vraiment se poser de questions… Surtout qu’une telle action se révèle dangereuse depuis que des fleurs empoisonnées sont venues faire apparition dans le paysage, infectant les troupeaux et les lions. Après une grande action collective les fleurs ont été brûlées mais certains lions et lionnes se sont fait touché par le pollen meurtrier, dont Kuoko qui a été plus affectée que tous. Depuis ça les félins subissent quelques vertiges ou malaises et des petites tâches violettes apparaissent, surtout sur les adolescents… De plus, Kamal se faisant âgé, la question d'un remplaçant pour le post de Lieutenant se concrétise et les regards et attentes se basent sur un jeune mâle du nom de Kimpa à l'avenir prometteur, soutenu par l’avis de Kuoko.


Au Baobab, les blessures pansées depuis le rift des hyènes semblent se refermer, le clan est plus paisible que jamais bercé par les cris tranquilles des animaux nocturnes de la jungle. Les deux Reines ne semblent avoir aucun mal à régner… Mais peut-être parce que rien n’est venu troubler leur quiétude depuis longtemps ? Oui sans doute, mais cette quiétude n’est pas du goût de tout le monde, car les Vagabonds qui semblaient si discret, s’aventurent désormais un peu plus loin que le désert et leur Impératrice semble prendre autant d’aise que de renseignement auprès des autres animaux de la jungle. Il semblerait en effet que le problème de l’eau persiste, mais il faut dire que les Masimba sont réellement nombreux maintenant, bien plus que la poignée de lions de jadis, dirigés par Scar venu chercher la quiétude ici… Non, maintenant, il s’agit d’un véritable clan, qui rivalise avec les autres prédateurs. Malheureusement, la sage Conseillère viendra à décéder, précédant ses frères et sœurs de peu et l’on retrouvera le corps de son frère préféré dans la Savane Boisée. Ainsi les Masimba n’ont plus l’œil et les avis sensés de Masika… Il faudra pourtant passer outre… Avec difficulté et inquiétude, le clan reprend sa paisible vie mais se rassure bientôt, tant leur vie est agréable… On accueillera même un nouveau membre, un lion blanc, encore, qui après une audience avec les Reines et surtout Sîta, deviendra Masimba… Et se révèlera être le compagnon choisit de Mewzi, et n’est autre qu’Upepo, Prince d’Hopeland. Peut-on enfin espérer un pacte avec ce pays qui a si longtemps haït les leurs ?

Mais la quiétude des Masimba est de courte durée, car depuis quelques temps, l’absence étrange des panthères se révèle… mais le plus malheureux, c’est qu’outre l’attaque des félins excédés par le manque de parole des Masimba, ces derniers semblent incapables de se battre. Car après des générations d’une vie placide, sans combat ni épreuve de survit, les lions de la jungle semble dépourvus de toute combativité. Disciplinées et efficaces, connaissant leurs ennemis par cœur, les panthères ravageront le Baobab, avant même que le clan n’ai pu lever la griffe. Mewzi sera laissée pour morte, tandis que sa sœur se montrera brave et combative, Sîta restera invisible, ainsi que la prometteuse Capitaine Kabila… Il n’y aura donc qu’une poignée de lions pour essayer de sauver leur peuple, parmi eux Sérim et Upepo. Sans oublier Mizu, cousin de Mewzi par sa mère, dont le sacrifice sauvera les Masimba. A moins que… Qu’il ne les aient condamnés ? Mais le résultat sera le même… Au final, les lions seront dépossédés du Baobab et chassés de la jungle qui sera désormais pour eux un territoire hostile. Où iront-ils maintenant ? Peu de survivants, beaucoup de blessés et de morts… Pourront-ils compter sur l’hospitalité des Pridelanders, malgré les conflits avec les gnous pour pouvoir chasser sur la Savane ? Se verront-ils permettre de s’abreuver au Lac d’Hopeland, avec le danger causés par les fleurs ? Ou prendront-ils le risque de trouver refuge à la Prairie et de défier les Vagabonds en se rendant à leur Oasis ? Il semble au lion que les deux Reines sont trop jeune et les regards se tournent vers Uzuri, qui a combattu avec tant de bravoure... Et les Masimba voient en elle une Conseillère de choix, avec ou sans le consentement de Mewzi et Sîta. Parmi les lions disséminés, on entendit dire qu'une petite lionne était née, une future reine... Mais on entendit dire également que les panthères s'en serait prises à la petite...


Depuis la bataille contre les Masimba les hyènes profitent bien du semi-contrôle qu'ils ont sur la savane boisée, n'hésitant pas à chasser à la truffe des lions pacifiques qui manquent de plus en plus de place. Cette situation plus que favorable apporte un grand nombre de naissances chez les hyènes. Asaï, la cheftaine donne entre autre la vie à quatre chiot, Jiwe, Joka, Salama et Samadi. La petite dernière, la seule femelle voie déjà sur elle tout les espoirs de la génération à venir pour diriger le royaume. D'autres clans s'agrandissent aussi, parmi lesquels l'ancien clan de Daïfa, cette femelle qui voulait gouverner par la force. On peux entre autre nommé Kiwaudhi et Ugavi. Le temps passant certaines vies s'achève, ce qui est le cas de Kiwanda, le conjoint d'Asaï et les jeunes continues de grandir, ne manquant de rien. Seul les marais portent problème avec le niveaux grandissant de crocodiles et d'hippopotames. Mais cela n'inquiète pas les canidés qui vaquent à leurs occupations, qu'il s'agisse d'entrainement, de train-train quotidien ou de pure vengeance contre les félins. Jusqu'au jour où les marais atteignent un niveau d'infestation trop élevé d’Hippopotames.

Ces derniers, au lieu d’accepter de parler attaquent sans provocation toutes hyènes posant la patte sur leur territoire. Asaï mène les troupes dans un dernier espoir de réconciliation, mais rien ne se passe comme prévu. Les hippopotames jouent avec eux et Kwanza, la sœur de Kiwaudhi empêche les messagers d’aller chercher les secours. Les hyènes battent en retraite. Malgré cela, tout n’est pas perdu. Salama, le plus jeune fils de la cheftaine parvient à parler un peu aux hippopotames et le chef leur laisse un petit recoin où venir s’abreuver. Cela ne seras pas suffisant, la surpopulation de Shadowland les poussent alors à s’engager en territoire lions pour s’abreuver. Côté politique, le pouvoir devait revenir à Samadi, la fille unique d’Asaï mais cette dernière est retrouvé morte enterré vivante. Bête accident ou meurtre prémédité? Impossible de savoir mais il faut agir vite, aussi, la vieille cheftaine, sentant sa fin venir met en place un Conseil composé de plusieurs cheftaines de plusieurs clans tous différent. Elle demande aussi à Jiwe, son fils aîné de choisir qui de toutes les femelles de Shadowland a tout ce qu’il faut pour devenir la cheftaine suprême. Bien évidemment, dans l’ombre, des complots se trament. Puis, Asaï meurt tout comme son frère Kiru, les deux étant très âgés. Est-ce que le conseil mis en place tiendra la route?


Contrairement aux Masimba, vivre dans le désert n’avait rien de reposant. Pourtant, ce petit clan mène une vie acceptable. Les familles s’agrandissent et de loin, Kali veille sur ce que nomment grossièrement les autres lions, les Vagabonds. Et d’ailleurs on ne peut pas dire qu’il ne se passe rien… Même si d’apparence c’est le cas, mais ces « Vagabonds » sont secrets… Après la fameuse bataille d’Hopeland qui secoua tant la Terre des Lions, les félins du désert trouvèrent quelques temps plus tard deux lions de là-bas, affamés et contraints de venir à l’Oasis. Ce qui ne manqua pas de provoquer la fureur des Vagabonds et particulièrement de Kali et Sika. Zahra avait trahit leur pacte, elle les avait mêlés à leur guerre en leur prenant Anaki, cette traitresse qui serait mise à mort si elle avait le malheur de remettre une seule griffe dans le désert ! Mais plus que tout, la haine du couple royal se dirigeait vers la descendance de Zahra… Ruminant leur haine, prêt à tuer les deux lions, ces derniers attirèrent cependant leur attention sur un fait qui ne manqueraient pas de les intéresser : ils étaient les rejetons de l’ancienne Reine d’Hopeland et de son Régent, que Zahra avait eu la fourberie de renverser alors qu’ils étaient laissés à l’abandon par leur propre père, lâche qu’il était. Mais surtout, ils connaissaient tous les peuples de la terre des lions, Zahra, les fourbes qui lui avaient permit de trahir la gentillesse des Vagabonds et ils les haïssaient tous. Voilà qui changea énormément les plans de Kali et de Sika les concernant et c’est ainsi que Refuka et Juhani devinrent d’authentiques Vagabonds, dont le caractère était étrangement semblable d’ailleurs… Ils se firent discrets et se firent oublier.

Mais l’heure vint, plus tard, alors que la jeune génération grandissait d’organiser La Grande Chasse. Cette chasse extraordinaire, était organisée pour chaque nouvelle génération, afin de leur apprendre que bien qu’ils ne vivaient qu’en famille, que l’union faisait la force en cas de besoin. Malheureusement, il semblait que les jeunes adultes aient mal assimilés la leçon… Et bientôt, les jeunes chasseurs se retrouvèrent en danger, seuls face aux guépards. Ces derniers, tout comme les panthères, commençaient à en avoir assez de voir toujours plus de lions leur voler leur nourriture, dans le seul lieu où ils pouvaient être à peu près tranquille… Voilà qui posé un énorme problème car jamais les jeunes n’avaient eu à se rassembler et commirent l’erreur de s’isoler les uns des autres et les troupeaux affolés devinrent un danger supplémentaire. Heureusement, Sika répondit relativement vite à l’un des jeunes adultes venus chercher de l’aide. Oui sauf que, une fois sur place, l’Impératrice du Désert fit tout pour faire tuer Hamu, dont la jeunesse et la beauté la rendait malade de jalousie, ainsi que la perspective de la voir succéder à elle-même, aux côtés de son fils… Mais pour ne pas se trahir, Sika devra refouler ses désirs de meurtre et rassembler les jeunes chasseurs et leur ordonnant d’oublier les guépards, de donner la chasse aux zèbres. La tactique se révèlera payante et bientôt, la famille de Juhani et Refuka viendra les aider, une famille drôlement et dangereusement agrandie avec le temps… A la fin de la chasse Kali et son fils viendront faire fuir les derniers guépards et Kali félicitera les jeunes chasseurs. Mais désormais, il fera entendre sa voix dans un rugissement grave, destinés à tous les habitants de la terre des lions, aussi loin que sa voix porterait. Il n’était plus question de les considérer comme des Vagabonds, des voleurs et des sans-clan. Ils étaient le peuple du désert ancien et fier, les Uhuru !

Hadithia Na
Griotte
Griotte

Date d'inscription : 07/01/2013
Nombre de messages : 479
Localisation : ~Omniprésente~

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte - Arc II : Le Sang Bafoué

Message par Hadithia Na le Ven 12 Juil 2013 - 12:36



♦ ♦ ♦ Etait-ce un rêve, où était-ce la réalité ? ♦ ♦ ♦
Chapitre XI




♦ Règne de Makao
♦ Fin du Règne de Moyo et début du Règne de Kuoko
♦ Règne de Mwezi et Sîta
♦ Régence du Conseil des Hyènes
♦ Fin du Règne de Kali et début du Règne d’Habari


Cette histoire est plus qu’un simple conte écrit pour les lions, elle est écrite par chacune des créatures d’Afrique…

Tout comme leurs parents, la nouvelle lignée mène une existence paisible. Avec bien des appréhensions, Makao acceptera finalement son rôle de Reine, secondée par le loyal Farasi qui jamais ne la laissera tomber.  Bien que les gnous se révèlent être des adversaires dangereux, les lions arriveront toutefois à rapporter régulièrement de la nourriture. Certains nouveaux lions arrivent et s’intègrent plus ou moins bien, il faut dire que les temps sont durs et il faut penser à trouver un clan pour se protéger. C’est ainsi que Kuto rejoindra le clan, présenté à Makao par Jua et Kaleï, suivit de peu par une jolie lionne nommée Anima, fuyant les conflits et trouvant en Prideland sa terre promise. Rapidement, la jeune lionne s’entichera de Kuja, qui ne lui prêtera pas grande attention, car une grande nouvelle réjouit le clan, en même temps qu’elle est redoutée ; de  l’union de Lefine et Nawako naît une petite lionne du nom d’Amka. La vie reprend de plus belle, mais elle n’est pas toujours heureuse malgré la paix, car peu de temps après, un groupuscule de Masimba viendra quérir la présence de Lefine, en effet, son arrière-cousine Mira est désormais orpheline, sa mère ayant été retrouvée morte de faim… Et c’est sans condition que Makao l’acceptera dans le clan, la laissant rejoindre la famille de son défunt père. Le groupe repartira et on ne les reverra plus sur les terres de Prideland. En revanche, c’est Uzuri qui se fera discrètement remarquée, la princesse Masimba a décidé de rejoindre une terre à peu près accueillante, mais il lui faudra se méfier des gnous. Le temps passant, on apprend finalement que Zuko succombera à son charme…

Mais contrairement à ce que l’on pensera, ni l’un ni l’autre ne semble prêt à laisser son clan et Uzuri restera vivre, errante, à Prideland. Même lorsque l’on apprendra qu’une portée est à venir et révélera, quelques temps plus tard, un fils. Par la suite, Zuko apparaîtra de moins en moins et finira par quasiment disparaître du clan… Mais pas de temps à perdre avec des banalités, car un jour, une messagère venue d’Hopeland se présentera au Rocher. Sa présence rend inquiet les lions, car personne ne s’était présenté, de mémoire d’éléphant, depuis Hatari… Mais les différents émissaires des souveraines ont bien préparé leur réunion et lorsqu’un soir l’arrivée de la princesse d’Hopeland est annoncée, tout se passera sans anicroche. Cette entrevue était bien sûr pour Makao, sur un sujet des plus inquiétants. Kuoko apprend à Makao que des fleurs empoisonnées se sont largement répandues dans Hopeland et ont rendus troupeaux et lions malades et tués nombreux d’entre-eux et cherchent malheureusement toujours un remède. Hélas, la Reine Makao n’en a jamais entendu parler… Kuoko repartira très déçue de cette entrevue, mais dans un souci de bon voisinage, mettra en garde la Reine de Prideland. Makao présentera sont empathie envers le peuple d’Hopeland et ne perdra pas une occasion de jouer son rôle. Il ne lui faudra que quelques jours à peine pour parcourir sa terre et rencontrer un jeune mâle du nom de Kisasi. L’animal se fait aimable et charmant, dans une quête vile consistant à conspirer contre sa demi-sœur, la princesse Kuoko. Mais celle-ci l’aura devancée en offrant une aide passive à Prideland et Kisasi devra se contenter de suivre Makao et de l‘aider à reconnaître les fameuses fleurs empoisonnées.

Pourtant la vie reprendra son cours et des événements rappelleront aux lions que le cycle de la vie ne s’arrête devant rien… Une patrouille retrouvera quelques temps plus tard, le corps mutilé et sans vie d’une lionne du clan, connue pour son caractère revêche, la petite Saan’a n’aura décidément jamais vécut sa vie et l’on suspecte une Uhuru d’avoir assassiné la jeune lionne et aurait été aperçue fuyant la scène du crime. Les lions sont mit en garde, une Uhuru aux couleurs taupe et blanc est probablement l’assassin d’une des leurs. Dans le même esprit, une lionne sera retrouvée mal en point et sera ramenée et acceptée par le clan. Comme pour les consoler, des rumeurs circulent leur apprenant la présence d’anciens lions revenants sur leurs terres. Mais… Mais si personne n’a put vraiment les approcher et leur parler, le mot « fantôme » est bientôt sur toutes les babines et les lions, grands et un peu moins grands (les jeunes restant au Rocher avec les plus âgés) partent à toute patte pour vérifier les faits. Ne trouvant que brouillard et silence, chacun imaginera ses propres craintes ou ses espoirs, jusqu’à apprendre l’attaque d’un jeune lion du clan. Bien qu’ils n’en sauront guère plus, le mâle étant inconscient, le groupe composé de Makao, Kuto, Merisha, Jua, Kuja, Lefine, Mira, Massaï et Sedjem s’accorderont sur le fait de rentrer au Rocher, car cela ressemble fort à un piège… Le groupe de scindera et se retrouvera plus tard au pied du Rocher. Il semblerait que personne n’en saura d’avantage, car le lion agressé ne se souviendra de rien et alors qu’ils s’apprêtent tous à rentrer, une merveilleuse pluie d’étoiles filantes illuminera Prideland et le cœur de ses habitants. A la suite de cet événement à la fois incroyable et rare, les lions finissent par en tirer des conclusions diverses, certains pensent que les étoiles ont déposés les âmes de leurs ancêtres pour une nuit seulement, d’autres diront que la brume à laissé leur imagination s’enflammer… Quoiqu’il en soit, les nouveaux du clan gagneront en bonne réputation et on accordera à Sedjem un peu plus de crédit qu’auparavant, mais ce sera sans compter sur Farasi, qui a nommé Ghazia pour lui succéder… Sedjem réussira t-il enfin à briller ou restera t-il dans l’ombre du charismatique meneur ? Son rôle et mal définit et Ghazia ne compte pas laisser sa place… Comme pour les ennuyer d’avantage,  les groupes de chasse rapporteront que la Savane à été prise par les hyènes et qu’au comble du malheur, elles sont aujourd’hui bien trop nombreuses pour pouvoir y remédier par la force. Mais en attendant, tous acclament la naissance d’un petit prince, fils de Sedjem et de Fara.



A Hopeland, on fomente, on conspire, on aspire… Et c’est bien sûr des jumeaux dont il s’agit. Tout le monde le sait, Moyo les a rejetés dès leur naissance et a brisé le lien royal qu’ils devaient posséder, faisant d’eux des lions de bas rang, car comme prenant son exemple, le peuple mettra rapidement de côté les deux mâles. Ainsi, Kisasi et Kivuli rêvent de prendre le trône dont héritera leur demi-sœur Kuoko, vouant à la jeune femelle une haine aussi secrète que puissante. Le sort s’acharnant contre les jumeaux, ils apprendront avec le reste du clan que Kuoko adoptera un jeune orphelin du nom de Koda. Ce dernier n’est autre que le petit-fils d’Amani, qui aura permit avec la participation de Mjwa de remettre Zahra sur le trône et qui selon toute vraisemblance, aurait assassiné Amani. N’est-ce pas cela que l’on nomme l’ironie du sort ? Mais bien sûr, ni Kuoko, ni Koda ne connaît la vérité et chacun trouve en l’autre une famille aimante et espérée. Retournant dans l’ombre et les secrets, Anaki et Nusura se verront bien isolé du reste du clan et s’ensuivra une courte discussion. Alors que l’espionne aura retrouvé la trace de Moyo, ayant disparut pour tenter de tuer le coupable d’une longue vie de souffrance, en le nom de Sérim, mâle de Merisha, la conseillère se désolera de voir Moyo si peu préoccupée de son peuple et Kuoko, se donnant tant de mal, peu prise au sérieux. Les deux amies se comprennent et savent ce qu’elles doivent faire, bien que cela ne nécessite certainement mensonges et petites trahisons, mais pour le bien d’Hopeland…

La maladie des fleurs ne disparaîtra pas et continuera de faire des victimes sur Hopeland et aucun remède n'a encore été trouvé. Comme si cela ne suffisait pas, Anaki la Conseillère de la Reine sera assassinée dans le plus grand des secrets. Un traître se cacherait-il parmi les rangs d'Hopeland ? La tension est palpable et les lions commencent à se méfier les uns des autres. De plus une rumeur circule, et si l'assassin n'était autre que Muuaji, ce lion qui n'avait pas hésité à tuer son propre père ? Ou bien même l'un des jumeaux déshérités ? Tous les lions sont sur les crocs et cela se ressent dans le Royaume.  Les malheurs s'enchaînent et un terrible rugissement retentit dans Hopeland annonçant la mort de la Reine Moyo et la passation de pouvoir à sa fille Kuoko, faisant d'elle la nouvelle Reine d'Hopeland. Mais les lions restent dubitatifs, comment réagir face à la mort de cette Reine qui les délaissés depuis si longtemps ? Bien qu'impopulaire dans ses débuts, Kuoko parvient à gagner timidement le cœur de ses sujets dans sa lutte pour le remède qu'elle s'acharne à trouver. Cela marque le début d'une ère nouvelle pour Hopeland et la nouvelle Reine présente officiellement son fils adoptif Koda dont elle fait son héritier.  Le destin semblant se jouer des générations, Koda accomplira ce qu’Amani espérait pour tous les lions : il se lie d’amitié avec une hyène, la petit Naara qui rencontre pour la première fois ce « grand » prédateur tant redouté par les membres de son espèce… Une nouvelle amitié naît, mais tiendra t-elle le choc ? Le petit Prince semble être fait pour se lier avec les gens, car il ne lui faudra que quelques jours pour percer la coquille de son oncle Kisasi et peut-être gagner un nouvel ami ? Pourtant, il le sait, il lui est interdit d’approcher les jumeaux sans surveillance… On acceptera, comme pour Prideland, de nouvelles têtes dans le clan, certains venant de plus ou moins loin, cherchant pour la plupart, protection et refuge.

Quelques temps plus tard, Malkia surprendra tout le monde en revenant parmi le clan qu’elle semblait elle aussi fuir. Allant directement retrouver Kuoko au sommet du Rocher de l’Espoir, elle s’entretiendra brièvement avec elle, ne la laissant d’ailleurs pas vraiment parler. Malkia lui révèlera alors l’impensable, la vérité sur ses origines, ce que Kuoko aura bien du mal à croire. La pilule est amère et ne sait que croire… Sa mère qui jamais ne lui aurait mentit, mais qui semblait vouloir lui dire quelque chose avant de mourir, ou bien Malkia qui jamais ne lui mentirait ? Le cœur de la Reine se déchire, alors qu’elle apprend qu’elle n’est pas la fille de Moyo et que sa mère n’est autre que Mjwa… Si l’identité de son père reste inconnue, Kuoko en restera là pour l’instant. Mais que fera t-elle de cette révélation ? Le sort s'acharne sur Hopeland et suite à une pluie torrentielle, le lac se met à déborder jusqu'à crée une inondation. Mais loin de se laisser abattre, les Hopelanders unissent leurs forces et parviennent à limiter les dégâts grâce aux autres animaux de la savane et tous ensemble, ils construisent un barrage et parviennent à rediriger l'eau vers les gorges, créant ainsi une cascade tombant des falaises. Peu à peu Hopeland se videra de son eau, mission accomplie pour  les lions. Dans cette terrible épreuve, Kisasi sauvera même la vie du petit Prince, risquant la sienne sans se poser de question. Fidèle à elle-même, Kuoko restera sur tous les fronts, tentant à la fois de sauver son royaume et ses amis… Mais alors qu’elle tente de sauver Kisasi, elle est emportée à son tour par le courant. Qui sait ce qui aurait pu se passer à cet instant, le prince déchu à t-il eu l’idée de se débarrasser de sa sœur ?

Mais en rentrant chez eux, les Hopelanders auront la malheureuse surprise de constater que les hyènes ont envahis un de leur territoire. L'entente qu'il y avait alors entre les deux peuples éclate et les hostilités sont de nouveaux ouvertes. De plus, Kuoko prendra la décision de bannir Kimpa, son lieutenant, après qu'il ait délaissé son clan pour une Uhuru. L'inondation aura néanmoins fait des heureux puisque Safari, une jeune lionne prometteuse, sera nommé Lieutenante en remplacement de son prédécesseur et Tayari, l'élève de l'ancienne espionne du Royaume Nusura prendra sa suite. Seront-elles à la hauteur du poste qui les attend ? Mais elles ne seront pas les seules puisque Vumbi sera elle aussi promue au rang de Conseillère de la Reine. Ainsi Kuoko s'entoure-t-elle d'une nouvelle génération et débute son règne de nouveau monarque.



Shadowland… Rien ne présageait ce qu’il allait s’y passer, mais en était-on seulement certains ? Le clan est tendu, mais le Conseil veille, n’empêchant pas les hyènes de se poser de nombreuses questions, entre autre, la disparition de Jiwe. Il semblerait que le fils d’Asaï ne se fasse de plus en plus discret et on redoute le pire… Les conspirateurs ont-ils finalement atteint leur but ? Il se fait de plus en plus discret et ne semble plus prendre sa mission à cœur, choisir la prochaine dirigeant de Shadowland devient finalement un but oublié. Contre toute attente, le Conseil donnera carte blanche à une hyène totalement inconnue pour mener Shadowland ! Elle est surnommée le Dux et ne ressemble en rien aux hyènes de la terre des lions, on connaît à peine son nom, mais on la reconnaît de loin. Silencieuse, renfermée, mais observatrice, elle semble tout connaître de tout le monde et on dit qu’elle parviendra à s’entretenir avec Jiwe, mais le sujet de leur conversation restera inconnu de tous et une fois de plus, Jiwe disparaîtra. D’autres rumeurs ont circulé dans le pays, celle notamment, qui dit que Kiwaudhi –ou sa sœur peu importe- serait derrière le meurtre de Kiru et probablement « l’accident » de Samadhi. Mais comment vérifier les rumeurs, quand les coupables semblent avoir lâchement déserté les environs ? Ont-ils prit peur en voyant un obstacle de l’envergure du Dux devant eux ? Voilà qui serait bien possible, car l’hyène ocre en impose et les Shadowlanders auront bien l’occasion de s’en rendre compte. Sa taille égale presque ceux des félins et sa force surpasse de loin celle des autres hyènes. Saura-t-elle mener les hyènes au sommet ? C'est du moins ce que pensent certains. La population de Shadowland s'est grandement développée et bientôt, leurs terres ne leur suffisent plus.

Il en faut davantage, il faut viser plus haut... Sous le commandement du grand Dux, les hyènes partent à la conquête de nouveau territoire et se sentent pousser des ailes par la présence de leur nouvelle chef de guerre. Ils parviennent à prendre deux nouveaux territoires aux lions. Le clan peut enfin respirer, de l'eau en abondance, du nouveau gibier et surtout plus d'espace ! Mais ils se rendront vite compte que les gorges sont inondées suite au déluge qui a frappé d'Hopeland. Néanmoins, le Conseil est loué et le grand Dux adulé. Les petits clans disparaîtront définitivement et les hyènes comprendront qu'il leur est préférable d'agir ensemble que séparément. Néanmoins des rumeurs circulent, un complot se préparerait contre le chef de guerre... Une hyène a bien l'intention de régner envers et contre tous. Mais qui donc ? Et puis, on regarde Naara, car cela désormais se sait, le chiot à combattu avec Askari contre leurs ennemis ! Que peut-elle donc avoir comme talent pour s’octroyer l’assistance du chef de guerre ? Est-elle donc si exceptionnelle que ça sera Askari qui la choisira ? Quel sort l’attend, alors que toute la famille d’Asaï semble frappée de malédiction ?  Une fois encore, Askari se fond dans la nature, mais veille. Décidément, cette hyène à la fois puissante et mystérieuse, d’un calme extrême et d’une intelligence rare fascine les Shadowlanders…



Du côté des pacifistes, les choses évolueront bien, mais leurs ancêtres se retournent dans leur tombe… En effet, les Masimba qui ont toujours été le symbole d’un peuple unit malgré les différences sont éparpillés et le clan se divise depuis qu’ils ont été chassés par les panthères. D’un côté Sîta, la Reine blanche, dont le seul désir est la vengeance, mais à l’avenir prometteur, est déterminée à trouver la cause de l’apparition des panthères et de réussir à reconquérir les terres des anciens. Celle-ci fuira vers les marécages en compagnie d’une troupe encore fidèle composée notamment de son frère Jambo et de sa compagne, une jeune lionne nommée Zurura, qui donna naissance à un mâle. Elle en effraye presque ses suivants et notamment le petit Limwe qui n’est autre que l’héritier tant attendu. Les naissances sont rares et le clan s’amenuise… Rien ne promet la survie des lions, surtout depuis que les deux Reines sont divisées, chacune se demandant où se trouve le reste du clan. Et de l’autre côté, Mwezi, Reine perdue et hésitante, dont le groupe restera nomade, cherchant désespérément à retrouver les leurs. Mais devant son manque de confiance, les Masimba ont élu Uzuri comme conseillère, mais celle-ci finira par s’installer sur les terres de Prideland où elle rencontrera sa destinée. La lionne deviendra mère et avec Zuko, son compagnon, ils élèveront leur enfant,  Hunku, à l’écart des clans, car ni l’un ni l’autre ne renoncera à son appartenance. Le groupe de Mwezi se fera exceptionnellement discret et même la princesse Nika est quasiment inconnue. Mais les trois enfants Masimba ne se connaissent pas ou peu et trop de tensions habitent le clan.

Mais il arrive toujours un moment où l’on doit faire des choix et où il ne faut pas rater une occasion qui se présente. C’est ainsi que pendant que Mwezi retrouve enfin la trace de sa cousine et dirige sont groupe vers le Marais afin de reconstituer le clan Masimba, Sîta elle, prend sa propre décision. Les Uhuru doivent payer, car la Reine blanche est certaine qu’ils sont derrière l’étrange comportement des panthères. Elle se disputera avec son frère, ils ne se comprennent plus, mais Jambo refusera de laisser sa sœur. Une sœur qui n’aura même pas remarqué la naissance de Limwe, appelé à être son héritier, puisqu’elle n’a jamais fondé de famille ; trop occupée à entraîner ses troupes et elle-même. Les lionnes qui composent son groupe sont tous des sœurs, des mères, des filles qui ont toutes beaucoup perdu. Les lionnes n’écouteront pas plus Jambo et suivront Sîta dans son obsession. Alors qu’elle ne cherche pas à rejoindre Mwezi pour sa part, elle entrainera son groupe vers le désert, plantant là sa cousine qu’elle ne verra même pas.
C’est alors qu’une bataille contre les Uhuru que l’espoir renaît, en effet Sîta s’étant vaillamment battue, elle redonne courage à son clan. Les Uhuru semblent avoir compris qu’il ne faut pas marcher sur les pattes d’un Masimba. Mais n’est-ce pas risible de leur donner le titre de guerrier ? Un peuple s’étant toujours imposé la paix…  Inversement, Mwezi n’a pas réussi à se faire entendre par les hippopotames qui menaçaient sa troupe, les obligeant alors à fuir. La lionne rousse redescend donc, encore, dans l’estime de ses suivants.  Mais à vrai dire, elle ne semble pas avoir vraiment essayé de parlementer…

Les Masimba connaissent une crise sans pareille, les lieux où ils sont tolérés et en sécurité se font rares et les autorités se voient contestées. Le groupe de Sîta séjournera près de l’étang où ils élèvent les rares petits et se reposent, mais se fondent au maximum dans le paysage. Quant à celui de Mwezi on ne le voit que trop peu, fuyant au maximum tout danger – et le plus grand de tous ne serait-il pas les Masimba eux même ? Sîta et Mwezi, pourtant grandissant dans le même nid, ne seraient-elles pas devenues les plus grandes ennemies ? Quel espoir pour les Masimba ? Alors que Sîta devra rejoindre une portion de terre non loin de l’étang de Prideland, Mwezi sera contrainte de quitter le Marais pour rejoindre une terre d’Hopeland, à l’écart du monde…



La vie n’est pas trop mal dans le désert, finalement. La vie est simple et personne n’est vraiment concerné par les problèmes de clan. Lequel s’agrandit régulièrement d’ailleurs, mais que dire sur un peuple aussi secret et disparate ? Ho pas grand-chose, ils mènent leur vie sans se soucier des autres, mais il arrive qu’un Uhuru échoue quelque part et c’est notamment le cas d’Hamu, fille d’une famille de pêchés qui se prendra d’amitié pour une Pridelander, Saan’a, qui sera retrouvée morte quelques temps plus tard. Mais c’est de sa faute après tout, pourquoi est-elle venue dans le désert ? Mais Hamu ira bien plus loin, car devant l’absence de celui qu’elle prit pour un sauveur, nul autre que le prince Habari, Hamu, se croyant au-dessus de tout se liera purement et simplement, avec un Hopelander, rien que cela ! Et pas n’importe qui s’il vous plaît, Kimpa, le Lieutenant de la Reine Kuoko ! Trahissant chacun leur propre clan et mentant à tous, ils se verront régulièrement, choisissant de risquer leur peau au pied de la montagne pour se voir en terrain neutre… Mais il n’y a rien de réellement neutre quand on est un Uhuru et certainement pas quand on se nomme Sika. L’Impératrice du Désert s’est souvent rendue dans la jungle et depuis la Grande Chasse, événement rare, ils peuvent désormais chasser de temps en temps dans la savane boisée, mais les lions du désert n’aiment pas trop sortir de chez eux, c’est sans doute pourquoi ils sont  si libres de leurs mouvements… Et personne n’est plus libre qu’une Impératrice n’est-ce pas ? Sika ne supportera jamais Hamu, pour sa gentillesse, sa jeunesse, sa beauté qui la rende malade de jalousie… Lorsqu’elle apprendra la trahison de cette dernière, elle s’empressera alors de retrouver son Empereur et de lui mettre dans l’idée que cette petite peste n’est rien d’autre qu’une traitresse et qu’elle ne saurait convenir à leur fils. Voilà qui explique l’absence d’Habari pendant des mois, car celui-ci fut contraint de choisir entre le pouvoir de son père ou Hamu. Et c’est le pouvoir que choisira Habari. Sa mère lui présentera alors une lionne tout à fait convenable et il ne leur faudra guère de temps pour qu’il ne vienne à naître trois héritiers.

Mais mieux encore, c’est le bannissement pur et simple d’Hamu que Sika obtient de son mari et le rassure en lui assurant qu’elle se chargera de tout cela. Le venin du mensonge faisant son office, Sika obtient enfin ce qu’elle veut et prépare depuis si longtemps. Alors qu’Hamu rentre chez elle, elle tombera sur Sika qui l’attend depuis des heures sous un soleil de plombs. Lui annonçant la nouvelle de son nouveau statut, Sika n’a en effet pas seulement l’intention de bannir Hamu ; elle veut la tuer de ses pattes. Un combat féroce s’engage, à mort bien sûr. Le combat sera rude, car la rage de Sika est sans limite, mais Hamu se rend bien vite compte que si elle veut survivre, elle n’a pas le choix… Elle doit se battre de toutes ses forces. Mais sa maigre expérience et son jeune âge ne lui seront d’aucun secours face à la maitresse du désert… Hamu prendra les coups et ne verra son salut que grâce au caprice de la nature. Car soudainement, la dune de sable se  brise et emporte Sika avec elle. L’Impératrice mourra, enterrée vivante, tous les os de son corps brisés par le poids de tonnes de sable. Elle tentera d’emmener Hamu dans sa chute, mais celle-ci parviendra à s’enfuir. Hélas pour elle, un témoin  verra seulement la fin du combat et en interprétera les faits. Il ne faudra que quelques heures pour que la nouvelle ne se répande : Hamu à assassiné Sika. Alors que la jeune bannie rencontre peu après Habari et prendra de plein fouet la vérité en rencontrant toute sa petite famille, sa vie bascule.

Partout dans le désert on n’entendra la fin de cette histoire là, Kali ordonnera le bannissement d’Hamu devant tous et elle sera contrainte de se reculer loin dans le désert. Mais il doit aussi honorer les anciens serments et la tradition voulant qu’un Roi ne puisse gouverner seul, Kali abdiquera et se retirera à son tour. Habari hérite donc du pouvoir de son père, comme il en avait toujours rêvé. La petite famille royale prendra donc sa place et malgré les morts, si fréquente et si peu importante dans ce clan, la vie continuera.

Jusqu’à ce que les choses se bousculent. Ils se réjouissent de la disparition des Masimba, mais se font surprendre par une attaque qu’aucun d’entre eux n’aurait prévue. Le combat est terrible et tout le monde y laisse quelques poils de crinière. Habari se battra contre Sîta, mais aucun vainqueur ne sera clairement déclaré. Quant à Hamu, elle croisera la griffe avec Uzuri, ou au moins, échangera quelques paroles piquantes. Mais Hamu n’est plus une Uhuru et Uzuri rejoindra un groupe de Masimba pour les soutenir. Elles en resteront là. Mais maintenant chacun détient des informations sur l’autre, en effet, si les Uhuru parviendront à repousser les Masimba, ils sauront désormais qu’il vaut mieux réfléchir avant de se jeter bêtement sur un Masimba, mais le clan n’est pas au complet et l’absence de Mwezi aux côté de Sîta est remarquée. Et cette dernière remarque de son côté que le clan n’hésite pas à bannir ses propres membres, mais pur qu’elle raison au juste ? Quoiqu’il en soit, les choses en resteront là…

Mais qui c’est ce qui peut encore arriver sur une terre que rien n’arrête ? Prideland retrouvera t-elle sa grandeur ? Hopeland mettra t-elle enfin un terme aux histoires de famille qui menacent tout le peuple ? Les héritiers Masimba, parviendront-ils à ressouder le clan et à le sauver ? Doit-on craindre autre chose des Uhuru maintenant que les hostilités sont franchement déclarées ? Et que doit-on penser de Shadowland, qui sait tirer ses bonnes cartes alors que tous les lions sont ensevelis sous les problèmes ? A quel clan vous joindrez vous ? Et pour quel idéal ?

Hadithia Na
Griotte
Griotte

Date d'inscription : 07/01/2013
Nombre de messages : 479
Localisation : ~Omniprésente~

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte - Arc II : Le Sang Bafoué

Message par Hadithia Na le Dim 15 Juin 2014 - 18:13



♦ ♦ ♦ Un Nouvel Espoir ♦ ♦ ♦
Chapitre XII



♦ Règne de Makao et Règne de Sedjem
♦ Règne de Kuoko et début du Règne de Koda
♦ Fin Règne de Mwezi & Sîta, Régence de Zurura et début du Règne de Limwe & Hunku
♦ Régence du Conseil des Hyènes et début du Règne de Naara
♦ Fin du Règne d’Habari et début du Règne de Saïhidi


Cette histoire vous tiens à cœur n’est-ce pas ? Et vous vous demandez ce qu’il peut encore se passer quand tout semble avoir été joué ? Écoutez mes amis, l’histoire de Lion King Past…

La famille prédomine, à Prideland et malgré les morts retrouvés régulièrement, on préfère prendre soin les uns des autres. Depuis toujours terre d’hospitalité, Makao accepte dans le clan des étrangers, sans-clan et autres vagabonds en recherche de terre d’accueil. De ces nouveaux Pridelanders naîtront même de nouvelles histoires  et rapidement les premiers lionceaux montreront le bout du museau. La vie est belle à Prideland, si belle, que l’on peut se permettre de ne pas s’inquiéter. Bahati sera finalement vaincue par la mort et ce sera Fara, nouvelle Pridelanders qui consolera le Prince Lésé. Et lui donnera un fils qu’il refusera cependant de reconnaître. Sedjem n’est pas un bon Prince, car on le sait uni à une lionne et ne s’empêche pourtant pas de fleurter avec toutes les belles femelles qu’il peut attirer à lui… Sa réputation ne fait donc que faiblir, assombrissant un peu plus son cœur. Mais la plupart des lions n’en n’ont cure et préfèrent se concentrer sur la nouvelle génération, bien plus joyeuse et attendrissante, même si l’on doit pleurer les plus vieux partis rejoindre les anciens parmi les Rois du Passé. Donc, si la vie est belle, elle est parfois dure à accepter… Il arrive que parfois aussi, un Pridelander ne trouve son salut que dans une autre terre et le cœur de Jua battait depuis trop longtemps pour un Hopelander. Elle apprendra donc à sa meilleure amie et Reine de Prideland que son choix est fait et qu’elle doit rejoindre Kisasi à Hopeland… La nouvelle est dure, mais que ne peut-on supporter pour ses amis ? Mais Makao a sa propre vie et rapprochée de Kuto, elle donnera bientôt naissance à une petite Princesse. La nouvelle est accueillie avec une joie non dissimulée, si ce n’est son cousin qui ne voit cette union et cette naissance qu’une très mauvaise chose…

Avait-il raison ? La réponse leur sera donnée, le jour ou les quelques vagabonds recueillit, amèneront une famille dont personne ne connaissait l’existence, au Rocher de la Fierté même ! Alors… Horrifié, les Pridelanders apprendront le complot immonde que les descendants de Juhani et Refuka, les enfants d’Onura leur auront réservé… Un joli cadeau empoisonné… Le cadeau d’avoir disséminé dans le clan, le sang de cette lignée honnie ! Prideland tout entier rejettera le sang de cette lignée, regardant avec dégout les sang-mêlé, les « Nusuda » terme que l’on retrouvera et pour longtemps, dans toutes les bouches… Les lionceaux Nusuda, considéré comme porteur d’un sang souillé ne seront plus les bienvenus mais il existe heureusement encore des adultes pour les défendre, défendre la pauvre Zaliwa et le malheureux Sehemu… Le sang souillé d’Onura dans les veines d’un prince et d’une princesse… Et que dire de Tija ? La jeune adolescente n’attendra pas pour s’enfuir de Prideland et plus personne ne la reverra. Malgré tout la vie continue tant bien que mal, nouvelle naissance et nouveau drame… Incapable de tenir le choc, la Reine Makao convoquera Ghazia et Sedjem dans une entrevue grave. Le lendemain, l’annonce tombe comme un couperet. Makao a abdiqué, abandonnant son royaume et laissant sa place à son cousin. Sedjem est Roi. Mais que peut-on espérer de cette ère ? La confusion est a son comble, dans leur alliance avec Hopeland, aucun des alliés ne supporteront que les Masimba choisissent de prendre sous leurs ailes les rebus de la terres des lions… Et qu’ils aient en plus, arrachés aux hyènes leurs anciens territoires.



Pleurer les morts et regarder les étoiles en quête de réponse, sera devenu presque un quotidien à Hopeland et la Reine donnera des mots réconfortants, assurant que la paix n’est qu’une trêve accordée. Tous doivent se battre pour leur royaume. Le temps de la paix leur étant offerte, Kuoko en profitera pour partir en expédition, seule, pour découvrir enfin un remède à l’empoisonnement et permettre aux Hopelanders de retrouver leur force d’antan, mais également pour elle, pour connaître son père… Elle découvrira par la même occasion, les raisons –et peut-être les coupables- des catastrophes des dernières générations, sécheresse, inondations multiples… Un cours d’eau volontairement dévié. La Reine rétablira l’équilibre en ôtant le rocher responsable du cours d’eau originel, ainsi qu’une entente cordiale entre lions d’Hopeland et panthères. La montagne… C’est dans une tempête de neige qu’elle retrouvera son père et réapprendra sa véritable histoire, la véritable identité de sa mère et de sa vraie nature, pervertie à souhait à Ovu et Onura. Elle rentrera, émue et libérée de son fardeau, rapportant avec elle la Fleur d’Étoile, unique remède à Hopeland. Libérée, car elle léguait le royaume au Prince Héritier. Kuoko pu donc se retirer, l’esprit serein, dans la montagne, rejoindre son père… Et une nouvelle vie libre.

Koda entame un règne bien difficile… On conspire, à Hopeland… Ainsi, quelques lions se sont mit en tête de mettre à jour les « mensonges » du gouvernement… Mais personne n’avait prévu la trahison des lions étrangers qu’ils avaient accueillis… Attiré et maintenu à l’écart pendant ce moment difficile, Koda restera absent et Yazima révélera le pot-au-rose, accompagné d’Aibu et surtout, soutenu par leur famille qui vint les rejoindre… Annonçant assez gaiement, que le sang d’Onura prédominait maintenant dans la jeune génération, mais chez quel lionceau ou adolescent ? Nul ne le sait et ceux qu’on appela les « Nusuda » se firent un plaisir de ne jamais le révéler… Ils disparurent aussi vite que la tempête était apparue, laissant un clan furieux et la vengeance de Juhani et Refuka, accomplie. Si Koda parvint à les chasser, la situation était tragique… Sans attendre, le Roi déclara une alliance avec le royaume de Prideland qui avait subi la même humiliation et il dû également se résigner à éloigner la petite Nishati… Kisasi, se chargera donc de la lourde mission d’emmener l’enfant chez les Masimba. La petite ne reviendra qu’à l’âge adulte…



Au fil des années, les Masimba isolés dans les landes se rendent peu à peu vers Prideland, non sans quelques pertes à cause de la faim, l’épuisement, les hyènes, la maladie… Ou la vieillesse tout simplement, qui emportera les plus âgés et même les plus combattifs. Malgré leurs efforts, le clan disparaissait. Le clan vieillissait et s’affamait. Aussi Sîta pensa t-elle qu’il était temps de ressortir les griffes et de se battre ce pour quoi ce clan aurait dû naître, non pour fuir la réalité. Sîta se battait pour un peuple, non pour une terre, pour une vertu, pas par orgueil. Nouveau combat, dernier combat. Sîta conduisit les Masimba dans le cimetière des éléphants, isolés depuis les inondations et s’employa à créer un véritable carnage. Surprit, effrayés, mais conscient que s’ils ne se battaient pas, ils mourraient, les Masimba suivirent Sîta. Peu nombreux, mais galvanisés, les Masimba saccagèrent les dernières bandes d’hyènes, dont il ne resta plus autre traces que des crânes et des os brisés. Après une longue lutte où de nombreux Masimba moururent, le territoire Masimba était né…

Le regard perdu sur un royaume construit par le sang, les héritiers ne pouvaient que constater. Dans sa folie, Sîta avait risqué l’existence des Masimba, bafoué les principes même de leur raison d’être, mais… L’herbe grasse de la petite plaine, entre le cimetière des éléphants et la vallée des ronces était accueillante et il y avait une profusion incroyable de petit gibier facile à attraper, le clan, ne mourrait plus de faim… Aussi terrible que soit cette mise à mort, elle redonna courage aux Masimba et Sîta, comme jamais un souverain ne l’avait été, manqua aux Masimba ; la Reine blanche ne survécut pas à ses blessures. De même, son frère ne tarda pas à la rejoindre, laissant la douce Zurura régenter le clan, en attendant que Limwe et Hunku ne soient en âge de le guider. Elle profitera de sa nouvelle autorité pour accepter ce que les Masimba avaient toujours acceptés ; des lions étrangers. Son regard empli de bonté, elle accueillera avec chaleur les laissés pour compte, les abandonnés et les Nusuda dont elle n’eut même pas à interdire le terme : aucun Masimba digne de ce nom ne pourrait jamais insulter quelqu’un sur son sang. Après tout, ils étaient tous des lions d’ici et d’ailleurs. Et puis, Limwe et Hunku deviennent adulte et se verront remit par Zurura, leurs pouvoirs de Rois, les Masimba renaissent…



L’heure est venue pour Habari de rendre son dernier souffle. Certain de pouvoir endurer encore, le vieux roi part loin des chemins du désert, à la rencontre du monde. Loin de toutes les lois du désert et du clan des Uhuru, il rencontrera Hamu. Ils échangeront ainsi les dernières années vécues, pour l’un dans ses devoirs de Roi, pour l’autre de la survie dans le désert. Ce seront leurs dernières paroles, quelques échanges des derniers instants et les dernières déclarations, car Habari sera rattrapé par la mort. Hamu se retrouvera dans une position difficile, devant rentrer au désert et annoncer à son ancien clan, ses bourreaux, que l’Empereur est mort et qu’il voulait que Wema lui succède… Mais retourner auprès des Uhuru était se condamner à mort. Pourtant Hamu y retournera et aura la chance de tomber directement sur le jeune héritier, qui aura bien du mal à croire qu’elle n’ait pas également assassiné son père… Et c’est ainsi que l’on se souviendra de cette lionne.

Enfin, le jour de la Passation, rituel ancestral où l’ancien régime rencontre le nouveau et où pendant un instant, un seul, deux Empereurs s’observent. Les princes et princesse Uhuru sont adultes et comme il en est coutume, celui qui a honoré la tradition doit recevoir le pouvoir. Douche froide pour les Uhuru et plus particulièrement Wema ! Saïhidi annonce en effet que n’ayant pas rempli ses obligations d’héritier l’Impératrice dû trouver une solution. Puisqu’il n’avait pas daigné choisir une femelle pour l’accompagner dans sa tâche, l’Impératrice aura fait le choix de choisir elle-même un mâle, son nouveau mâle, lui Saïhidi. Qui accède donc au pouvoir. Wema et Wembe tenteront bien de protester, mais Wema sera tourné en ridicule par les anciens et ne répondant pas à la provocation de Saïhidi, il sera donc dit qu’il courbera l’échine devant le nouvel Empereur.

Sans nul doute, les jours suivants furent cuisants pour les anciens princes. Saïhidi se révèlera être un lion dur, mais juste. Tout de suite, son attitude calme a imposé le respect et rare étaient déjà ceux qui osaient le défier avant son couronnement… Mais la tradition n’avait jamais prévu un tel retournement de situation, il fallait dire que jamais aucun héritier n’avait failli avant cela… En première décision, Saïhidi décréta que les liens du sang étaient une bêtise des ancêtres, choquant ainsi pas mal d’anciens lions et que pour leur survit et agrandit tant leur clan que leur honneur, ils n’avaient d’autres choix que de se baser sur des traditions méritocratique… L’idée ne déplut pas et personne ne vint le contredire, acceptant donc les nouvelles lois. Puis, Saïhidi ordonna que les liens du sang ne doivent donc plus prévaloir et que pour se faire, les lionceaux à naître devraient ignorer le nom de leurs pères. Si ces derniers étaient autorisés à élevés leurs enfants, s’ils le souhaitaient, ils ne pourraient se faire connaître que comme oncle, ami de la famille ou cousin. Aux mères, reviendraient donc le devoir de veiller à l’évitement de la consanguinité… Les plus âgés, devraient se taire sur la leur.

Ainsi, les Uhuru ne connaîtraient plus le déshonneur et leur clan serait à jamais le plus puissant. Mais cette perspective ne fut pas bien accueillie de tous. Un des anciens se rétracta, bien trop tard, et décida de faire envoyer deux assassins, pour se débarrasser de ce nouvel empereur impie. Les assassins ne revinrent jamais. Dans une colère froide et parfaitement contrôlée, Saïhidi annonça l’instant suivant même, la tentative de l’ancien et invita quiconque serait en désaccord avec lui de faire de même, le jour même du désaccord. Pour sa couardise, l’ancien fut abattu et sa famille exilée, que la honte ne puisse retomber dans le clan. Les Uhuru avaient été très libertins, pouvant vivre en couple ou non, avec une femelle dont il pouvait avoir des descendants sans qu’elle ne lui soit vraiment attitrée, mais cette nouvelle d’ignorer l’identité des pères les pris un peu au dépourvus. Et puis, à bien y réfléchir… Combien d’entre eux connaissaient vraiment leur père, ou les avaient-ils jamais vus ? Finalement, la surprise retomba et Saïhidi devint tout de suite un Empereur apprécié, car l’on savait que lui, avait grandement mérité.



Il était devenu évident pour les hyènes, qu'Askari avait pris sous sa patte Naara, pourquoi un jeune chiot, cela restait un mystère, mais pour beaucoup, Askari ne laissait rien au hasard et cette Naara avait probablement des qualités supérieures. Depuis, malgré son adolescence, la jeune hyène était considérée comme une adulte, on la regardait avec respect et toutes les conversations lui étaient ouvertes. Mais bientôt, ils eurent d'autres choses à penser. En effet, sans signe précurseur, on rapporta une attaque très violente de la part des Masimba sur le cimetière et la vallée des ronces. Une telle nouvelle estomaqua toutes les hyènes : jamais un Masimba n'avait attaqué quiconque. Un bain de sang qui s'était changé en rivière... Depuis les inondations, le cimetière et les gorges étaient pour ainsi dire, coupées du reste de l'Empire et comme il était déjà trop tard, Askari ne put lever son armée pour prêter patte-forte à leurs frères et ne pourrait défendre sans envahir une nouvelle terre ou reprendre ce qui leur avait été volé. L'Empire en fut ébranlé et Askari  eut le loisir de repenser aux vieilles rumeurs.

Les rumeurs, avant la création de l'Empire, qui disaient que des hyènes complotaient contre elle et comptaient bien régner envers et contre tous. Probablement les mêmes d'ailleurs, qui avaient assassiné le successeur d'Asaï. Faisant part de ses doutes au père de Naara, haut gradé de l'armée des hyènes, celui-ci mena son enquête qui dura des mois entiers. Mais alors qu'il avait enfin appris le secret de cette longue machination, il sera assassiné et une fois de plus, le meurtre maquillé en accident. Mais Askari n'eut guère besoin de plus de preuve et donna à Naara les responsabilités de son père et reprendra l'enquête d'après les dernières informations qu'il lui avait rapporté. À son tour, Naara découvrit le pot-aux-roses. Elle apprit ainsi, redoublant d'effort et de méthode d'interrogation persuasive pour réunir assez d'informations pour le chef de guerre.

Ainsi, lorsque les clans de hyènes étaient encore nombreux, une famille eu l'ambition de mettre à la tête de Shadowland, Siri, une de ses filles. Malheureusement, ne pouvant la lier directement avec l'un des mâles de la famille d'Asaï, ils durent prendre les choses sous un autre angle. Comme piéger Samadhi dans un piège mortel. La hyène interrogée ne répondit pas à tout, notamment à l'identité du ou des assassins du frère d'Asaï ou encore, de la mystérieuse disparition de Jiwe... Malgré l'offensive lancée par Naara, elle n'obtint pas beaucoup plus de réponse. Mais cette même famille avait longuement préparé sa plus belle femelle et la plus terrible pour prendre la place de cheffe. Naara se retrouva bel et bien en face de cette hyène, mais cette dernière ne broncha pas, ni n'esquissa le moindre mouvement. Naara dû se résoudre à la laisser partir, elle n'avait rien de concret contre elle... Mais ce qu'elle avait appris et gardé pour elle, faisait froid dans le dos. Non seulement la hyène qui avait mis en place ce plan de longue date avait rapproché ses enfants de Jiwe, mais il était également devenu le meilleur ami de son père...

La performance de la protégée d'Askari fit l'unanimité, notamment auprès du Conseil. Un soir, seule Naara put apercevoir la silhouette massive d'Askari s'éloigner dans le soleil couchant. La jeune hyène n'osa pas l'interpeler, mais elle la connaissait trop bien pour savoir que désormais, elle avait l'entière responsabilité de l'Empire de Shadowland... Plus personne ne revit, ni n'entendit parler d'Askari. Ainsi, personne n'avait contesté, ni le Conseil qui avait rendu son dernier jugement : le choix du chef de guerre serait le leur. Le Conseil avait rendu l'âme, en la personne des dernières Matriarches. Puisqu'aucun des enfants d'Asaï n'avait été vu depuis si longtemps qu'il en était devenu ridicule et dangereux d'attendre, ils avaient trouvé un nouveau leader.


Une histoire écrite avec le sang et pour la vengeance, que pourra t-il encore arriver aux royaumes des lions ? Mais plus que tout, que feront les jeunes lions qui portent en eux les stigmates de la guerre ? La menace qui se cache dans l’ombre est-elle plus terrible que celle que l’on peut voir sous des traits aux contours certains, telles les hyènes ? Le sang par le sang… Le sang pour le sang !

Hadithia Na
Griotte
Griotte

Date d'inscription : 07/01/2013
Nombre de messages : 479
Localisation : ~Omniprésente~

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte - Arc II : Le Sang Bafoué

Message par Hadithia Na le Lun 27 Avr 2015 - 21:23



♦ ♦ ♦ Le Choix Ultime ♦ ♦ ♦
Chapitre XIII



♦ Fin du règne de Sedjem et de la régence d’Anga, Règne de Dunia
♦ Disparition de Koda, Couronnement et règne de Nika
♦ Règne de Limwe & Couronnement et règne de Nishati
♦ Règne de Naara
♦ Règne de Saïhidi


Et enfin, la fin de l'Histoire...

Le temps s’échappe à une vitesse alarmante, échappe à toutes les lois… Après la mort de Sedjem, les lions inquiets se sont retournés vers Anga, reine digne qui décida de réhabiliter l’ancien conseiller, dans un soucis d’unité de clan et surtout, de faire-valoir sa place… Comme feu Sedjem l’avait décidé, son premier fils n’héritera jamais du trône, de peur de diviser encore une fois le royaume et c’est donc en se sentant trahit par sa propre famille dans un clan dont il se sent exclu que vivra Sehemu… Plus ou moins en compagnie de sa cousine, définitivement sortie des héritages royaux. Malgré les temps troublés, la vie s’écoule à peu près bien, aucune tension avec les nouvelles frontières ne naît, mais Anga vient à mourir prématurément d’un accident de chasse et c’est donc un jeune Dunia qui doit faire face à ses responsabilités qu’elle laisse… Mais le jeune lion pourra compter sur Massaï, choisie par l’ancien conseiller pour soutenir au mieux le clan et selon leur plan, éviter toutes frictions et divisions des lions. Grâce aux efforts de Massaï et à ses bons conseils, le clan se sent soudé et libéré du poids du jugement de Sedjem et Anga, Dunia peut enfin se révéler…

Dès lors, il montrera être un Roi juste et avisé, demandant conseil à Massaï à chaque fois qu’il le jugera nécessaire. Il réservera son jugement sur les Nusuda et décidera après des mois finalement, comme un acte isolés n’ayant aucune incidence sur le clan. Les Pridelanders furent un peu surpris, mais finalement cédèrent à la sagesse de leur jeune Roi qui n’eut aucun mal à réhabiliter sa cousine et son frère. Il parvint enfin à faire d’un frère ennemi un vrai frère et de sa cousine, une amie sincère. Dès lors, il était courant de voir les trois lions ensembles, Dunia n’hésitant pas à déléguer quelques unes de ses responsabilités. Zaliwa, devenue excellente chasseuse grâce à Massaï, hérita de la coordination des équipes de chasse, Sehemu, de celles des troupes, tandis que Dunia assumait les plus lourdes charges. Massaï fut chaleureusement remerciées pour ses services et le roi lui assura que sa descendance pourrait prendre sa suite, aussi longtemps que la sagesse de la lionne café se transmettrait. Les échanges avec les autres royaumes restèrent cordiaux.

Pour Hopeland et les Masimba, même si la vie restait à peu près paisible, si ce n’était quelques altercations avec les hyènes de temps en temps, le problème des rois se posait toujours. Petit à petit, il semblait que les trop jeunes rois Masimbas se désintéressaient de leur statut, jusqu’à ce qu’un évènement tout à fait imprévu n’arrive. Un jour, une lionne portant les stigmas de la descendance d’Usoa et Eyldon fit son apparition au sein du clan, n’ayant pas hésité à entrer dans la Vallée des Ronces, inaccessible pour la plupart des lions, pas assez fins et agiles. Elle se présenta comme étant Nika, fille de Mwezi… Ce nom fit frissonner les lions, qui craignirent le pire. Nishati fut la première à parler et a défendre les Masimba contre ce qui semblait être une invasion. Maintenant adulte, il avait été convenu que la petite Nishati devait rejoindre son clan natal, ne risquant désormais plus de se faire tuer par son père, mais l’attachement avait opéré… Nishati se sentait Masimba.

Après plusieurs de cohabitation tendue, Nishati et Nika se retrouvèrent dans la Champagne Fleurie et une dispute éclata entre les deux lionnes. Nika voulait récupérer sa place, Nishati estimait qu’elle ne la méritait pas. Un peu plus loin, Tayari, l’œil invisible d’Hopeland qui devait veiller de loin sur la petite Nishati eut tout le loisir d’écouter cette discussion. Cette nouvelle lui fit un choc et pour cause… Nika était la fille de Mwezi, mais aussi celle d’Upepo ! Hors Upepo était un Prince. La lignée royale n’était donc pas morte ! La lionne fila comme le vent pour alerter sa vieille amie, Safari, qui veillait sur Hopeland avec brio depuis la disparition soudaine de Koda et de sa lionne. Sans hésiter, Safari et Tayari se rendirent dans la Champagne dès le lendemain et demandèrent avec diplomatie un entretient avec les deux lionnes. Cette entrevue dura toute la journée. Safari fit un long monologue, apprenant à Nishati qu’il était temps pour elle de rentrer à Hopeland, sa terre natale et demandant à Nika si elle consentait à abandonner les Masimba pour Hopeland, dont elle était la dernière héritière connue. Contre toute attente, Nishati la première demanda à parler en privée à Nika. Jusque là, leurs relations étaient houleuses, mais elles se quittèrent en bonnes amies, s’accordant sur l’avenir des deux pays. Nika aurait pour elle seule Hopeland, laissant à Nishati le clan des Masimba. Elles étaient après tout, de la même famille…

Car il se trouvait que de plus en plus, l’implication remarquée de Nishati avait fait réagir les Masimba. Il y avait toujours eut deux rois et le cas échéant, un lion dominant et les Masimba la voulait elle, symbole parfait de ce qu’était un vrai Masimba. Elle serait de plus, entourée de cousins et de lions tenant à elle et l’appréciant pour ce qu’elle était. En Nika, les Hopeland virent un espoir renouvelé, un héritier digne et légitime. Safari était certaine que Kuoko l’aurait approuvée. Ainsi, les deux royaumes retrouvèrent une royauté jusque là égarée. De part leur lien de parenté et d’amitié, les tensions s’apaisèrent et une paix durable s’installa entre les trois royaumes.

De leur côté, les Uhuru suivirent leur train de vie, sous le règne ferme de Saïhidi. Ils devinrent plus puissants, mais aussi plus organisés et un peu plus tolérants. Il n’était toujours pas question de se balader dans leur fief à tout va, mais le danger de se faire attaquer à vue se minimisa avec le temps, certains lions portant leur sang et qui le méritaient, ayant même le privilège de pouvoir marcher dans le désert sans avoir de comptes à rendre. L’on n’entendu plus jamais parler des fameux Nusuda, qui s’évanouirent finalement comme du sable dans le désert. Certains d’entre-eux ayant même des « relations » ou des « contacts » relativement cordiaux, les plus jeunes sortant des vices des plus anciens. Les Shadowlanders se firent également plus discrets et moins agressifs.

Sous des règnes de bons sens, et de bonté, l’histoire des royaumes se stabilisa. Dunia instaura une paix durable entre lions de sa famille et les clans voisins. Limwe et Nishati veillèrent avec bienveillance sur les leurs, évitant les conflits, comme il se devait, avec les hyènes et les Uhuru principalement. Nika s’occupa d’Hopeland d’une patte de fer dans un pelage de velours. Les six monarques se rencontrèrent un jour et se toisèrent. A la croisée de tous les royaumes, ils convinrent que si chacun gardait ses positions sans tenter de voler son voisin, alors enfin, une paix durable pourrait s’installer, pour de nombreuses générations. Nika et Dunia les premiers se regardèrent, le passé des deux plus anciens royaumes étant lourd d’histoires et de conséquences et les Masimba acceptèrent cette proposition de Saïhidi sans arrière pensées. Naara convint qu’il était aussi préférable pour les hyènes d’accepter, elles avaient enfin un royaume digne.

C’était le choix ultime de tous les clans de la Terre des Lions.

Hadithia Na
Griotte
Griotte

Date d'inscription : 07/01/2013
Nombre de messages : 479
Localisation : ~Omniprésente~

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte - Arc II : Le Sang Bafoué

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum