[C11] Nouvelle étoile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[C11] Nouvelle étoile

Message par Khiaja le Mar 23 Juil 2013 - 14:01



Bannie, un simple mot pour une si grande signification. N’ayant nul endroit où aller. Habari m’avait bannie au fin fond du désert. J’étais une exilée, sans véritable foyer. Moi qui pensais auparavant ne plus jamais revoir le désert, voilà que j’en étais faite prisonnière. Ceux qui avaient étaient mes camarades voulaient désormais ma mort. Les Masimbas eux aussi me voulaient pour morte, pensant que je faisais encore partie de mon ancien clan. Hopeland devait également me haïr, après tout j’avais perverti leur lieutenant. Quant aux Pridelanders, je n’en avais aucune idée mais que ce soit un clan en plus ou un moins à vouloir ma mort, cela ne changeait plus grand chose à la donne. A non suis-je bête, les Pridelanders étaient persuadées que j'étais l'assassin de Saan'a -ce qui bien évidemment était faux-.  Au final plus de la moitié des habitants de la terre des lions me voulait morte si ne c'était pas tous. Voilà un bel avenir qui s’offrait à moi. Je ne savais que vraiment faire pour le moment ce pourquoi je suivis simplement les ordres qu’on m’avait donné à savoir m’exiler dans le désert. Peut-être y trouverais-je un abri que je pourrais qualifier de chez-moi, m’y installer puis réfléchir à mon futur mais en avais-je seulement un ? Traître, assassin, corrompue... Pour tous j'étais une abomination. Quand ma vie était-elle devenue si chaotique ? Tout avait commencé si tôt... Peut-être avais-je tout simplement été condamné à une telle débauche.  Mes pattes s'enfonçaient péniblement dans le sable, avais-je déjà été aussi loin dans le désert ? Ces plaines de sables me semblaient sans fin.

Mes derniers combats avaient été bien trop récent pour que je puisse continuer plus loin. Tout d'abord cette demeurée de Sika puis ensuite cette écervelée de princesse Masimba à la noix... Bien que la princesse n'ait pas levée la patte sur moi, ses partisans ne s'étaient pas gêner pour me lacérer le corps ainsi que quelques membres de mon ancien clan. Ils ne m'avaient pas faciliter la tâche. Ma vue se faisait de plus en plus trouble et mes pattes tremblaient et pourtant je ne m'arrêtais pas dans ma marche. M'arrêter ici signifierait ma mort prochaine mais dans n'importe quel cas je ne pourrais survivre éternellement. Mon corps était à bout de force et je n'avais plus aucune ressource. Qui plus est mes plaies encore trop récentes s'étaient rouvertes sous l'effort. Ainsi je finirai comme Sika, engloutit par le désert sauf que ma mort passerait inaperçue. De toute manière qui serait venu pleurer la traître ? Ma famille m'avait tourné le dos, je n'avais pas d'amis sur qui me reposer depuis la mort de Saan'a et quand à Kimpa, il m'avait abandonné... Dire que j'avais fait tout cela pour lui. Une traîtresse trahit, n'y avait-il pas là une ironie déplaisante ? J'avais vu en lui un paradis mais s'y cachait un véritable enfer. Il avait été ma perte. A bout de force, je m'effondra dans le sable le souffle court. Je savais qu'il fallait que je me redresse mais je n'en avais plus l'envie. Autant en finir ainsi, mes peines s'en iraient dans la mort. Mes paupières se faisaient de plus en plus lourde et mon esprit devenait embrumé. C'était donc ça ce que nous ressentions avant de mourir ? Je m'étais attendu à autre chose.

Alors que j'entendais des bruits de pas dans le sable, je perdis connaissance.

Le sol ne cessait de remuer comme pour me rappeler à l'ordre. Quelle était cette sensation ? A moins que je n'ai perdu toute raison, le sol était connu pour être immobile. Pourtant, je sentais mes pattes pendre dans le vide tandis que ma queue traînait dans le sable. Pourquoi me sentais-je en mouvement alors que je me savais pertinemment immobile ? Ouvrant péniblement un œil, je du atteindre un certain temps avant que ma vue ne se stabilise mais je pouvais néanmoins sentir ce quelque chose de doux et chaud soutenant mon crâne ainsi que mon corps. Le corps trop engourdi, je ne parvenais pas à bouger le moindre muscle si bien que ma vue était bloqué sur le sol... le sol qui était d'ailleurs plus bas qu'il ne devrait l'être. Et qui avançait aussi. Ou bien reculer ? Quoi qu'il en soit, ce dernier était en mouvement. Ou bien était-ce moi ? Au fur et à mesure que je reprenais conscience, je fus finalement capable de distinguer le vrai du faux. Je ne volais pas et le sol n'était pas plus en mouvement, quelqu'un me portait sur son dos. Mais qui ? Redressant le regard, je ne pouvais qu'entrevoir une crinière brune. Donc un mâle. Kimpa ? Etait-il revenu me chercher ? Alors il ne m'avait pas abandonné, il était revenu pour moi, je n'étais plus seul... « Kimpa... » murmurais-je dans un souffle court. Je me sentais en sécurité à ses côtés, je n'avais plus peur. Une lueur d'espoir semblait se rallumer.

« J'ignore qui est Kimpa mais une chose est sûr, je ne suis pas votre ami. » me répondit une voix rauque que je ne connaissais pas. Je sentis mon cœur qui se brisait à nouveau. Plusieurs questions se bousculaient dans ma tête. Où diable était passé Kimpa ? Pourquoi ce n'était lui qui me portait sur son dos ? Et surtout à qui appartenait cette crinière brune ? Je tenta de redresser la tête avant d'apercevoir le visage de l'inconnu mais une douleur fulgurante me traversa tout le corps, m'arrachant un gémissement de douleur. « Tu ne devrais pas bouger, tu es sérieusement blessée. J'ignore qui t'as fait ça mais tu as de la chance d'être en vie. » assura le mâle suite à mon grognement. Au son de sa voix, je pouvais en déduire qu'il était plus âgé que moi, un mâle expérimenté. Oh mais s'il savait, s'il savait par quoi j'étais passer... Je savais que je devais la vie à ce lion, que s'il ne m'avait pas apporté son aide je serais morte enterrée par le sable. « Pourquoi m'avoir aidé ? » demandais-je finalement, la question me brûlant la langue depuis trop longtemps. Quel profit y avait-il à aider une inconnue ? Je ne le comprenais pas. Le mâle mit un certain temps avant de répondre à ma question : « Parce que tu en avais besoin. » Comment ? Mais ce n'était pas une véritable réponse ça, il se jouait de moi ! Quoi que frustrée, je n'ajouta mot. Je me sentais resombrer dans le sommeil et n'avais pas d'énergie à gaspiller dans des questions sans réponses. « Quel est ton nom ? » questionna-t-il de sa voix rauque. Encore frustrée de ses réponses évasives, j'hésitais à lui répondre. Pourquoi devrais-je répondre à ses questions alors que lui ne répondait pas au mienne ? Alors que je comptais camper sur mes positions je revins sur ma décision et décida de lui révéler mon nom : « Hamu. » Ma voix fut à peine perceptible tant elle était faible. Je sentais mon esprit me rejouait des tours et ma vue se brouillait de nouveau. Mais avant de replonger dans l'inconscience, je jurais avoir entendu le mâle prononcer le nom Hekima.

Khiaja

Date d'inscription : 08/08/2012
Nombre de messages : 211

Feuille de Personnage
Âge: Jeune Adulte
Race: Lion du Désert
Titres Honorifiques:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum